En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Les organisations du BLOC se mobilisent pour l'audiovisuel public [21-09-2017]
    • Les organisations du BLOC expriment leurs plus vives inquiétudes au sujet des baisses des crédits annoncées dans l’audiovisuel public et s’insurgent contre une communication qui ne reflète pas la réalité des coupes envisagées. En effet, si la Ministre de la Culture a évoqué une baisse de 36 M€, calculée par rapport au budget 2017 des entreprises de l’audiovisuel public, il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg. Les baisses envisagées représentent en réalité 80 M € (dont 50 M€ pour France (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC exprime toutes ses réserves sur l’accord-cadre conclu entre OCS et UGC Images [18-09-2017]
    • Le BLOC a pris connaissance par la presse courant juillet de l’annonce par le Président d’Orange de la conclusion d’un accord-cadre entre OCS et UGC Images, dans le cadre de l’extension du partenariat déjà existant entre Orange et UGC concernant la distribution des films coproduits par Orange Studio. Le BLOC a constamment défendu le rôle d’OCS, afin que ce service exerce sa liberté d’investissement dans les œuvres cinématographiques les plus diverses, ce qui a été le cas ces dernières années et ce dont (...)

    • Lire la suite
    • France Télévisions, la Guilde des scénaristes, le Groupe 25 Images, la SACD, le SPI et l’USPA ont signé la Charte relative au développement de la fiction [18-09-2017]
    • A l’occasion du Festival de fiction TV de La Rochelle, France Télévisions, la Guilde des scénaristes, le Groupe 25 Images, la SACD, le SPI et l’USPA ont signé la Charte relative au développement de la fiction, avec pour objectif de développer davantage de projets de séries pour accompagner l’ambition du « Plan création » de France Télévisions. Ce nouvel accord, qui prolonge et renouvelle la précédente Charte signée le 4 juillet 2011, témoigne de la volonté commune des auteurs (scénaristes et réalisateurs), (...)

    • Lire la suite
    • Budgets de l’audiovisuel public : une décision contre la croissance [13-09-2017]
    • Le gouvernement s’apprêterait à valider dans le cadre du projet de loi de finances 2018 une forte baisse des crédits affectés aux entreprises de l’audiovisuel public à hauteur de 80 M€ selon les informations parues hier dans la presse. Les producteurs audiovisuels rassemblés au sein du SATEV, du SPECT, du SPFA, du SPI et de l’USPA tiennent à faire part de leur profonde inquiétude et consternation si jamais une telle décision devait être prise. Cette annonce est une sombre nouvelle pour le service (...)

    • Lire la suite
    • Le SPI obstinément pour la réforme de la contribution à l’audiovisuel public (CAP) [1-09-2017]
    • Le cabinet du ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, vient d’annoncer que la refonte de la contribution à l’audiovisuel public, la CAP, restera inchangée dans le projet de loi de finances pour 2018. Cette déclaration nous donne deux informations importantes. La première est que le taux de l’actuelle redevance restera inchangé, la seconde que la réforme en profondeur de ce vieil objet fiscal n’est encore pas pour aujourd’hui. Le SPI milite depuis maintenant près de 10 ans pour la (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Négociation de la convention collective de la production cinématographique : les organisations de producteurs AFPF, APC, APFP, SPI et UPF expliquent leur position en faveur de la diversité de la production et de l’emploi. [7-02-2012]

Les organisations de producteurs AFPF, APC, APFP, SPI, UPF ont pris connaissance des derniers communiqués de presse des syndicats SFR, SNTR et SGTIF, affiliés à la CGT, et du SNTPCT.

Outre une présentation inexacte de nos propositions, les premiers nous accusent de « mener une campagne de dénigrement » visant à « empêcher dans la production cinématographique la mise en place d’une convention d’application obligatoire ». Le SNTPCT quant à lui présente la position que nous avons exprimée dans notre communiqué de presse du 20 janvier dernier, comme une volonté de « faire échec à un texte de convention d’application obligatoire à toutes le entreprises de production (…) ».

Il faut rappeler qu’en octobre 2010, l’API a présenté un texte qui est resté pratiquement inchangé depuis, aucune négociation de son contenu n’ayant été possible. Ce texte a été « mis à la signature » à la demande du SNTPCT et du SNTR, SGTIF et SFR affiliés à la CGT, lors de la réunion de la Commission Mixte Paritaire du 19 janvier qui fut brusquement interrompue par une déclaration commune indiquant que pour eux, « la négociation était close ».

Or, les professionnels doivent savoir que ce texte, signé au nom de quatre entreprises représentant dans le champ de la production un très faible nombre de films, permet théoriquement une baisse des salaires pour ce qui concerne les films à fort budget mais provoque une hausse de salaires pour les films « du milieu » et à petit budget, de façon importante et même insupportable pour tout un pan de notre cinématographie.

Il est extrêment regrettable que les syndicats de salariés concernés entrent ainsi dans le jeu de groupes non représentatifs de la production, dont l’activité est essentiellement centrée sur la distribution et l’exploitation des films et dont l’objectif est de réduire de plusieurs dizaines le nombre de films en France et donc l’emploi.

Comment peut-on aller dans cette direction à l’heure notamment où les industries techniques vivent une crise sans précédent, que certaines entreprises sont tombées en liquidation et d’autres sont au bord de le faire et que, selon les baromètres publiés par la FICAM, la délocalisation des films se poursuit et même s’accélère ?

Nous assumons le fait que toute future convention collective de la production cinématographique provoquera une hausse des salaires, par les garanties sociales qu’elle apportera, et par la meilleure prise en compte de la durée du travail effectué qu’elle induira, ce que nous souhaitons.

Toutefois, notre objectif est que cet effort des entreprises de production soit équitablement réparti, afin de garantir l’effectivité de la mise en oeuvre du texte conventionnel et de maintenir l’unité de la production cinématographique dont une partie très importante en volume et en valeur artistique ne saurait être reléguée à une « annexe dérogatoire temporaire », illégale de surcroît, comme ce qui est prévu dans le texte de l’API.

Nous entendons préserver la production cinématographique dans sa globalité et ne pas limiter le champ de la diversité culturelle que chaque organisation du cinéma devrait défendre. Nous considérons la future convention collective comme un tout, à l’intérieur de laquelle le renouvellement des compétences, les parcours professionnels doivent pouvoir s’inscrire et qui doit assurer une garantie sociale pour l’ensemble des salariés, tout en préservant notre modèle français du cinéma.

L’élaboration d’un tel texte est complexe, prend du temps et rend nécessaire d’être à l’écoute de l’ensemble des professionnels notamment les salariés, les producteurs et les prestataires techniques, ce que n’ont manifestement pas fait les signataires du texte de l’API.

Nous demandons également que la concertation en vue d’une amélioration de la transparence dans les remontées de recettes des distributeurs, notamment ceux appartenant aux grands groupes, aboutissent enfin à des mesures concrètes dans l’intérêt de la filière et que ce processus soit étendu sans tarder au secteur de l’exploitation. Il en va de la crédibilité des cas de rémunération avec intéressement des techniciens prévus dans tous les textes qui sont sur la table.

Nous entendons poursuivre les négociations, avec de nouvelles propositions venant nourrir celles que nous avons déjà faites, sans pour autant remettre en question une grande partie du chemin accompli.

Nous appelons toutes les organisations à travailler à cet effet dans le cadre de la Commission mixte paritaire présidée par le Ministère du travail.

Contacts :
AFPF – Stéphane Guénin / Bruno Daniault – 0 975 877 807
APC – Frédéric Goldsmith – 01 53 89 01 30
APFP – Julien Pasquier – 06 07 22 80 75
SPI – Juliette Prissard – 01 44 70 70 44
UPF – Marie-Paule Biosse Duplan – 01 44 90 07


  • cp_negoccc_6_0 (...)
    • 21-09-2017
    • Les organisations du BLOC se mobilisent pour l’audiovisuel public
    • Les organisations du BLOC expriment leurs plus vives inquiétudes au sujet des baisses des crédits annoncées dans l’audiovisuel public et s’insurgent contre une communication qui ne reflète pas la réalité des coupes envisagées. En effet, si la Ministre de la Culture a évoqué une baisse de 36 M€, calculée par rapport au budget 2017 des entreprises de l’audiovisuel public, il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg. Les baisses envisagées représentent en réalité 80 M € (dont 50 M€ pour France (...)

    • Lire la suite
    • 18-09-2017
    • Le BLOC exprime toutes ses réserves sur l’accord-cadre conclu entre OCS et UGC Images
    • Le BLOC a pris connaissance par la presse courant juillet de l’annonce par le Président d’Orange de la conclusion d’un accord-cadre entre OCS et UGC Images, dans le cadre de l’extension du partenariat déjà existant entre Orange et UGC concernant la distribution des films coproduits par Orange Studio. Le BLOC a constamment défendu le rôle d’OCS, afin que ce service exerce sa liberté d’investissement dans les œuvres cinématographiques les plus diverses, ce qui a été le cas ces dernières années et ce dont (...)

    • Lire la suite
    • 18-09-2017
    • France Télévisions, la Guilde des scénaristes, le Groupe 25 Images, la SACD, le SPI et l’USPA ont signé la Charte relative au développement de la fiction
    • A l’occasion du Festival de fiction TV de La Rochelle, France Télévisions, la Guilde des scénaristes, le Groupe 25 Images, la SACD, le SPI et l’USPA ont signé la Charte relative au développement de la fiction, avec pour objectif de développer davantage de projets de séries pour accompagner l’ambition du « Plan création » de France Télévisions. Ce nouvel accord, qui prolonge et renouvelle la précédente Charte signée le 4 juillet 2011, témoigne de la volonté commune des auteurs (scénaristes et réalisateurs), (...)

    • Lire la suite
    • 13-09-2017
    • Budgets de l’audiovisuel public : une décision contre la croissance
    • Le gouvernement s’apprêterait à valider dans le cadre du projet de loi de finances 2018 une forte baisse des crédits affectés aux entreprises de l’audiovisuel public à hauteur de 80 M€ selon les informations parues hier dans la presse. Les producteurs audiovisuels rassemblés au sein du SATEV, du SPECT, du SPFA, du SPI et de l’USPA tiennent à faire part de leur profonde inquiétude et consternation si jamais une telle décision devait être prise. Cette annonce est une sombre nouvelle pour le service (...)

    • Lire la suite
    • 1-09-2017
    • Le SPI obstinément pour la réforme de la contribution à l’audiovisuel public (CAP)
    • Le cabinet du ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, vient d’annoncer que la refonte de la contribution à l’audiovisuel public, la CAP, restera inchangée dans le projet de loi de finances pour 2018. Cette déclaration nous donne deux informations importantes. La première est que le taux de l’actuelle redevance restera inchangé, la seconde que la réforme en profondeur de ce vieil objet fiscal n’est encore pas pour aujourd’hui. Le SPI milite depuis maintenant près de 10 ans pour la (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40