En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt [12-12-2017]
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • Faire taire de dangereuses rumeurs [8-12-2017]
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément [8-12-2017]
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles [22-11-2017]
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique ! [22-11-2017]
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Communiqué de Presse du Bureau de liaison SATEV, SEDPA, SPI sur le rapport TV connectée : « Chronique d’une exécution culturelle annoncée » [21-12-2011]

Comment ne pas être surpris par le rapport sur la Télévision connectée remis il y a quelques jours au ministre de la culture et de la communication et au ministre de l’économie, de l’énergie et de l’économie numérique ?

S’il est juste de s’interroger sur les évolutions à attendre du secteur avec l’arrivée des « écrans connectés » et d’émettre des propositions pour adapter l’audiovisuel à cette nouvelle étape de la révolution numérique, le rapport ressemble fort à un enterrement de première classe de l’exception culturelle.

Hormis la volonté de taxer les revenus réalisés en France par les opérateurs étrangers, ce qui, en effet, traduirait une juste équité, les propositions n’ont qu’un seul objectif : assouplir toute la réglementation actuelle sur laquelle repose l’économie de l’audiovisuel, pourtant pensé à l’origine pour défendre la création, avant tout indépendante dans le but d’assurer l’objectif primordial d’une diversité culturelle en Europe.

A en croire ce rapport, la télévision connectée rendrait donc toutes ces règles obsolètes, telles que les obligations de diffusion et les heures de grande écoute, au motif que le téléspectateur pourra choisir son programme. Et pour anticiper la concurrence internationale que les groupes audiovisuels français vont devoir affronter, les réponses du rapport sont toutes trouvées : alléger –encore - leurs obligations de contribution à la production d’oeuvres originales, assouplir – encore - la définition de la production indépendante en permettant aux diffuseurs de bénéficier de droits plus longs, revoir les critères anti-concentration afin de permettre une concentration verticale… Bref, c’est simple, il faut DEREGULER !

Les rapporteurs n’ont semble-t-il pas souhaité prendre en compte deux choses : si les tuyaux ont besoin de contenus, ils ont besoin d’un vivier créatif dynamique et professionnel pour faire la différence. La France bénéficie aujourd’hui d’une pépinière de talents et de toute une filière professionnelle qui n’a pu perdurer que grâce à la régulation dont bénéficie notre secteur. Le secteur de l’audiovisuel n’est pas un secteur marchand comme les autres. Il porte une responsabilité majeure à l’égard du citoyen. Les nouveaux acteurs de l’Internet aussi et nous demandons à ce qu’ils participent enfin à l’écosystème du préfinancement de la création.

En outre, les fournisseurs d’accès à Internet ont besoin d’avoir un meilleur accès aux programmes audiovisuels ce qui passe par l’organisation d’une plus grande circulation des droits. Or, en demandant pour les diffuseurs des droits d’exploitation plus étendus, le rapport encourage le gel des diffusions des oeuvres hors groupe privant ainsi la création, des ressources apportées par la circulation de leurs programmes.

Enfin, le CNC ne peut à lui seul assurer le rôle de financier du secteur, ce serait même dangereux. Le secteur privé doit lui aussi prendre sa part de responsabilité dans l’existence d’une filière dynamique et la préservation d’un tissu de PME qui fabrique et propose toute la diversité des contenus originaux. Les 13 propositions du rapport sont inexistantes sur cette question que nous estimons pourtant fondamentale dans un environnement aussi ouvert.

Si le comité de liaison est bien conscient des adaptations que le secteur audiovisuel va devoir mettre en place lors de cette mutation technologique, nous rappelons que ces évolutions ne doivent pas se faire au détriment de la création. Dans cette période de transition, le renouveau de la création devrait être plus que jamais au centre des réflexions car c’est au travers des talents et des oeuvres que se fera la conquête des nouveaux usages.

Contacts :
Florence Braka, SATEV, 24, rue du Fb Poissonnière, 75010 PARIS, 01 42 47 01 00
Diane de Saint Mathieu, SEDPA, 5, rue Cernuschi, 75017 PARIS, 06 50 81 32 81
Juliette Prissard-Eltejaye, SPI, 40, rue Louis Blanc, 75010 PARIS, 01 44 70 70 44


  • cp_tv_connecte (...)
    • 12-12-2017
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Faire taire de dangereuses rumeurs
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique !
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40