En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt [12-12-2017]
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • Faire taire de dangereuses rumeurs [8-12-2017]
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément [8-12-2017]
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles [22-11-2017]
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique ! [22-11-2017]
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

L’Urgence économique d’une fiction française originale, diversifiée et renouvelée [14-09-2012]

L’année 2011 a été marquée, selon les chiffres du CNC, par une baisse du volume de production de la fiction française.

Cette baisse des investissements s’est accompagnée d’un renforcement de la présence de la fiction américaine en prime time.

La politique du tout série autour de deux genres principaux (policier et comédie) a entraîné un appauvrissement créatif et économique du secteur sans pour autant engendrer une hausse de l’audience.

Le SPI ne peut que déplorer cette situation et demande urgemment des réformes à même de sauver un tissu créatif et de PME en passe de disparaître.

C’est pourquoi le SPI a formulé un certain nombre de propositions, articulées autour de 5 axes pour le renouveau de ce secteur, adressées à la Ministre de la Culture et de la Communication.

L’avenir de la fiction française ne saurait selon nous s’envisager sans :

  • Une vraie volonté d’investissement dans la fiction française absolument nécessaire pour faire la différence avec la fiction américaine et européenne à l’heure de l’arrivée de Netfilx, Google et Apple. Cette volonté doit se traduire par une réévaluation des engagements de production audiovisuelle des chaînes privées et un renforcement de l’obligation d’inédit en prime time. En outre, la définition de l’indépendance dans les décrets doit être renforcée, et la mutualisation des obligations reconsidérée. Enfin, pour que le numérique prenne le relais dans le pré-achat des oeuvres, un sous-quota d’obligation d’investissement dans les droits non-linéaires et numériques doit être prévu.
  • Une politique forte en faveur du développement de projets renouvelés et diversifiés doit être mise en place au travers des mesures incitatives dans le COM, le cahier des charges ou les conventions des chaînes de télévision et la création d’un réseau de diffusion des fictions européennes labellisées. Le service public doit être exemplaire en ce sens et travailler sur une plus grande transparence de ses processus de décision.
  • Des mesures en faveur des TPE et des PME indépendantes grâce notamment à la remise en cause du soutien automatique au bénéfice des filiales de production des chaînes de télévision et grâce à la signature du décret autorisant la mise en oeuvre d’un système d’avances sur le compte de soutien automatique des producteurs pour le développement ainsi que le développement de master class et de formation sur la production en Europe à l’instar de ce qui existe d’ores et déjà sur le documentaire.
  • Un soutien en faveur des développements de projets à l’échelle européenne via une clarification et une harmonisation des systèmes d’aides au travers d’un groupe de travail sous l’égide du CNC. En outre, la création d’un organisme de promotion des fictions en Europe nous paraît indispensable aujourd’hui.
  • Le renforcement du lien entre les auteurs, les producteurs et les diffuseurs tout en préservant la place de chacun d’entre eux dans le processus de développement des fictions. Cette clarification doit passer par la signature de chartes comme celle signée le 4 juillet 2011 avec France Télévisions, mais dont la mise en oeuvre se fait malheureusement aujourd’hui toujours attendre. En outre elle doit passer par la signature d’une charte des usages contractuels entre auteurs et producteurs que nous appelons de nos voeux depuis de nombreuses années maintenant.

Le renouveau d’une fiction française forte, innovante, créative et à forte valeur ajoutée artistique ne saurait se traduire par l’arrivée de la script reality sur le service public et ne pourra exister sans une volonté politique forte.

Nous n’attendons pas moins de la nouvelle Ministre de la Culture et de la Communication.

Nota Bene :
Le volume moyen de fictions produites chaque année est inférieur de 100 heures par rapport à la période 2005-2008. Plus précisément, le volume de fiction française initié par les chaînes historiques a diminué de 16,5% en 2011 par rapport à 2008. La plus forte baisse est intervenue sur France 2 (baisse d’investissement de prés de 10%) ainsi que sur TF1 s’agissant de son investissement dans la production inédite (baisse de 17% entre 2008 et 2011).

Contact S.P.I. :
Juliette Prissard-Eltejaye – Déléguée Générale – 01 44 70 70 44


  • communique_pre (...)
    • 12-12-2017
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Faire taire de dangereuses rumeurs
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique !
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40