En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

SITE EN RECONSTRUCTION

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Faire taire de dangereuses rumeurs [8-12-2017]
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément [8-12-2017]
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles [22-11-2017]
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique ! [22-11-2017]
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite
    • Table Ronde sur le Métier de Producteur [20-11-2017]
    • Table Ronde : Le METIER DE PRODUCTEUR (ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le métier de Producteur sans jamais oser le demander) Mercredi 29 novembre 2017 à 15h30 à l’Amphithéâtre de la Verrière (Cité du livre Aix-en-Provence) Ouverte à un large public, cette table ronde représente une occasion rare d’apporter un éclairage sur un métier finalement peu connu en questionnant quatre producteurs venus d’horizons différents : produire, ça veut dire quoi ? Comment devient-on producteur ? (...)

    • Lire la suite
  • ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ...

Producteurs de documentaires hier, producteurs de contenus audiovisuels aujourd’hui : de nouvelles perspectives (Conférence de presse du SPI au Sunny Side 2013) [28-06-2013]

Dans un contexte hyper concurrentiel, les producteurs indépendants de documentaires travaillent aujourd’hui aux contenus et œuvres de demain, pour assurer le maintien d’une forte valeur ajoutée du secteur de la création audiovisuelle française.

Rappelons que la filière sur laquelle intervient le CNC crée une valeur ajoutée de 9,3 Md€, soit un secteur équivalent à celui de l’industrie automobile et supérieur à ceux de l’industrie pharmaceutique (7,3 Md€), au transport aérien de passagers (6,1Md€) ou à celui de la fabrication de produits informatiques et optiques (6 Md€).
Sources : Evaluation économique et sociale du périmètre d’activité du CNC, BIPE, janvier 2013
Alors la production indépendante à la française, une anomalie ? Comment ça marche, à quoi cela sert ?

Notre vision du métier est radicalement différente d’une vision de production industrielle. Pour le producteur délégué indépendant, et en particulier le producteur de documentaires, le taux de rentabilité immédiate du « produit » n’est pas l’objectif premier. En revanche, c’est celui des groupes de communication audiovisuelle qui se doivent d’assurer des frais généraux importants.

Le producteur délégué indépendant se doit, lui, de gérer sur le long terme une valeur patrimoniale des œuvres. Il doit gérer un catalogue pour pouvoir réinvestir dans de nouveaux projets.

Le producteur indépendant s’inscrit dans une temporalité plus longue que celle du diffuseur puisqu’il assure la recherche et développement en amont pour emmener le public vers une proposition culturelle originale et singulière.

Il doit savoir s’adapter rapidement aux évolutions du marché et anticiper les changements de la société. Parallèlement, c’est un chef d’entreprise responsable évoluant dans un cadre hyper concurrentiel. Il se doit ainsi de proposer les meilleurs prix.

Pourtant, les pouvoirs publics tiennent un discours radicalement différent : devant les bouleversements que vivent nos sociétés et notre secteur, une industrialisation du secteur est préconisée.

On dit notre secteur subventionné, onéreux pour l’Etat alors qu’il bénéficie d’un système vertueux de mutualisation de financements privés, simplement fondé sur la croissance de notre secteur et sur son dynamisme. Il ne ponctionne aucune enveloppe sur le budget de l’état (c’est même l’inverse depuis plusieurs années).

Le Centre national de la cinématographie et de l’image animée (CNC) assure une fonction fondamentale de redistribution des ressources privées de notre secteur. Ce système crucial est envié dans le monde entier et doit être préservé et défendu au lieu d’être sans cesse attaqué. Nous saluons à cet égard l’arrivée de Madame Frédérique Bredin à la Présidence du CNC. Nous savons qu’elle aura à cœur de défendre ce système fondamental au cœur de notre politique culturelle.

Nous avons la conviction que les nouveaux acteurs du numérique doivent, comme les chaînes de télévision, participer à l’existence d’un tissu créatif professionnel et assumer la responsabilité qui est la leur, vis-à-vis de tous les publics et en particulier vis-à-vis des générations futures.

Nous demandons dans l’immédiat que les nouveaux entrants de la TNT et les nouveaux services non linéaires, investissent désormais le champ de la création originale inédite,

Nous demandons qu’au lieu de s’engouffrer dans des logiques de mimétismes de programmation, ils assurent leur différence par des engagements de diversité éditoriale,

Nous demandons qu’ils participent enfin à assurer un écosystème professionnel qui leur apporte des contenus de haute valeur ajoutée, au travers des investissements diversifiés en production indépendante.
C’est à ces conditions que nous saurons tirer le meilleur parti de notre système d’exception et que nous pourrons assurer aux citoyens européens, l’existence d’une diversité culturelle sur tous leurs écrans.

Contact Presse :
Juliette Prissard-Eltejaye
01 44 70 70 44

JPEG - 1 Mo
JPEG - 1012.9 ko
JPEG - 1 Mo
JPEG - 1.3 Mo

  • cp_spi_sunny_s (...)

  • spi_ss_2013.pd (...)
    • 6-12-2018
    • « Plan de décroissance au CNC »
    • Le SPI exprime sa plus vive inquiétude après l’adoption d’un plan d’économies du CNC par son Conseil d’Administration du 29 novembre 2018. Ce plan est prévu sur deux exercices, 2019 et 2020, et il est inédit par son ampleur puisque ce n’est pas moins de 30 millions d’économies qui sont demandés à la seule production audiovisuelle. Au total, cela représente près de 12% du soutien que le Centre apporte aux œuvres audiovisuelles, tous les genres aidés seront par conséquent très fortement impactés. Le SPI (...)

    • Lire la suite
    • 4-12-2018
    • L’Europe doit résister au chantage de Google et YouTube
    • Depuis plusieurs semaines, Google et YouTube mènent une campagne de désinformation massive et sans précédent contre la directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique qui est aujourd’hui en discussion au niveau européen. Les puissants moyens utilisés par ces entreprises pour défendre leurs seuls intérêts sont basés sur la manipulation des utilisateurs, des vidéastes influents et des jeunes. C’est inacceptable. Google et YouTube franchissent de nouveau une ligne rouge en abusant de leur (...)

    • Lire la suite
    • 23-11-2018
    • La production cinématographique des films de la diversité en danger : les syndicats de producteurs appellent à la responsabilité de chacun
    • Les négociations sur la reconduction du dispositif de la convention collective en faveur des films de la diversité engagées depuis plus d’un an n’aboutissent pas. Les organisations de producteurs appellent à la signature d’un accord de méthode pour favoriser les négociations et préserver les films en écriture. La convention collective de la production cinématographique est le pacte social du secteur. Elle définit les conditions dans lesquelles les producteurs, réalisateurs, techniciens et artistes (...)

    • Lire la suite
    • 9-11-2018
    • Eurocinéma : Directive Services de médias audiovisuels (SMA)
    • Eurocinéma exprime sa vive satisfaction du fait de l’adoption ce 6 novembre 2018 par le Conseil des Ministres de l’Union européenne de la directive sur les services de médias audiovisuels. Pierre d’angle de la régulation des services audiovisuels en Europe, la révision confirme certains grands principes tels que l’assujettissement des services traditionnels à des quotas d’oeuvres et à des obligations d’investissement, mais elle étend son champs d’application aux nouveaux médias (les plates-formes) (...)

    • Lire la suite
    • 9-11-2018
    • Le BLOC se félicite du renouvellement de l’accord interprofessionnel avec Canal Plus pour une durée de 4 ans
    • À l’occasion des rencontres cinématographiques de Dijon, les organisations professionnelles du BLOC, du BLIC et de l’ARP ont signé pour une durée de quatre ans le renouvellement de leur accord interprofessionnel avec Canal+. Ce texte établit de nouvelles dispositions notamment en lien avec l’évolution de l’offre de Canal +. À quelques mois de la future loi audiovisuelle, et dans un contexte d’évolution des usages, cet accord montre la capacité de notre secteur à construire de nouvelles règles, en (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40