En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

SITE EN RECONTRUCTION

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Le BLOC appelle Canal Plus à ne pas se tromper d'adversaire et à renforcer son partenariat avec le cinéma français dans sa diversité [27-10-2017]
    • Les organisations membres du Bureau de liaison des organisations du cinéma (BLOC) expriment leur étonnement et leur désaccord à la lecture de l’interview de Maxime Saada, Directeur général du groupe Canal Plus, dans le Figaro d’aujourd’hui. Il y est indiqué que face à une situation financière tendue et surtout à l’émergence de Netflix, d’Amazon et d’Altice Studio, qui n’ont signé aucune obligation d’investissement dans le cinéma, « coup Canal + a décidé de remettre à plat ses relations avec le cinéma », en (...)

    • Lire la suite
    • ARP-BLOC-SACD-SCAM-USPA-SPFA-SPI : Financement de France Télévisions : une marche en arrière inquiétante [20-10-2017]
    • L’ARP, le BLOC, la SACD, la SCAM, le SPFA, le SPI et l’USPA sont surpris et déçus par la décision du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale de retoquer l’amendement déposé et voté en Commission des finances la semaine passée pour abonder les ressources de France Télévisions de 20 millions d’€ supplémentaires. Alors qu’un effort de près de 50 millions d’€ a été demandé à France Télévisions dans le projet de loi de finances, le rapporteur général du budget, Joël Giraud, et la députée Frédérique (...)

    • Lire la suite
    • Financement de France Télévisions : un premier pas [17-10-2017]
    • La Commission des Finances de l’Assemblée Nationale a adopté jeudi dernier un amendement dans le cadre du projet de loi de finances 2018 permettant d’abonder de 20 millions supplémentaires le budget de France Télévisions. Les syndicats de producteurs audiovisuels tiennent à remercier Joël Giraud, rapporteur général du Budget, Frédérique Dumas, rapporteure pour la Commission Culture et Marie-Ange Magne, rapporteure pour la Commission des Finances, à l’initiative de cet amendement. Cet abondement permet (...)

    • Lire la suite
    • BLOC : Les organisations professionnelles du cinéma et de l’audiovisuel saisissent le CSA de la situation d’Altice Studio [26-09-2017]
    • L’ensemble des organisations du cinéma et de l’audiovisuel ont saisi le CSA sur la situation d’Altice Studio, le nouveau service de télévision proposé aux abonnés de SFR depuis le 29 août dernier. Lors de la conférence de presse donnée pour le lancement de ce service de télévision payante consacré à la diffusion de séries TV et de films, les dirigeants d’Altice Studio ont affirmé qu’ils n’entendaient pas négocier d’accord avec les organisations du cinéma et ont indiqué qu’ils n’appliqueraient pas les (...)

    • Lire la suite
    • Les organisations du BLOC se mobilisent pour l'audiovisuel public [21-09-2017]
    • Les organisations du BLOC expriment leurs plus vives inquiétudes au sujet des baisses des crédits annoncées dans l’audiovisuel public et s’insurgent contre une communication qui ne reflète pas la réalité des coupes envisagées. En effet, si la Ministre de la Culture a évoqué une baisse de 36 M€, calculée par rapport au budget 2017 des entreprises de l’audiovisuel public, il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg. Les baisses envisagées représentent en réalité 80 M € (dont 50 M€ pour France (...)

    • Lire la suite
  • ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ...

Producteurs de documentaires hier, producteurs de contenus audiovisuels aujourd’hui : de nouvelles perspectives (Conférence de presse du SPI au Sunny Side 2013) [28-06-2013]

Dans un contexte hyper concurrentiel, les producteurs indépendants de documentaires travaillent aujourd’hui aux contenus et œuvres de demain, pour assurer le maintien d’une forte valeur ajoutée du secteur de la création audiovisuelle française.

Rappelons que la filière sur laquelle intervient le CNC crée une valeur ajoutée de 9,3 Md€, soit un secteur équivalent à celui de l’industrie automobile et supérieur à ceux de l’industrie pharmaceutique (7,3 Md€), au transport aérien de passagers (6,1Md€) ou à celui de la fabrication de produits informatiques et optiques (6 Md€).
Sources : Evaluation économique et sociale du périmètre d’activité du CNC, BIPE, janvier 2013
Alors la production indépendante à la française, une anomalie ? Comment ça marche, à quoi cela sert ?

Notre vision du métier est radicalement différente d’une vision de production industrielle. Pour le producteur délégué indépendant, et en particulier le producteur de documentaires, le taux de rentabilité immédiate du « produit » n’est pas l’objectif premier. En revanche, c’est celui des groupes de communication audiovisuelle qui se doivent d’assurer des frais généraux importants.

Le producteur délégué indépendant se doit, lui, de gérer sur le long terme une valeur patrimoniale des œuvres. Il doit gérer un catalogue pour pouvoir réinvestir dans de nouveaux projets.

Le producteur indépendant s’inscrit dans une temporalité plus longue que celle du diffuseur puisqu’il assure la recherche et développement en amont pour emmener le public vers une proposition culturelle originale et singulière.

Il doit savoir s’adapter rapidement aux évolutions du marché et anticiper les changements de la société. Parallèlement, c’est un chef d’entreprise responsable évoluant dans un cadre hyper concurrentiel. Il se doit ainsi de proposer les meilleurs prix.

Pourtant, les pouvoirs publics tiennent un discours radicalement différent : devant les bouleversements que vivent nos sociétés et notre secteur, une industrialisation du secteur est préconisée.

On dit notre secteur subventionné, onéreux pour l’Etat alors qu’il bénéficie d’un système vertueux de mutualisation de financements privés, simplement fondé sur la croissance de notre secteur et sur son dynamisme. Il ne ponctionne aucune enveloppe sur le budget de l’état (c’est même l’inverse depuis plusieurs années).

Le Centre national de la cinématographie et de l’image animée (CNC) assure une fonction fondamentale de redistribution des ressources privées de notre secteur. Ce système crucial est envié dans le monde entier et doit être préservé et défendu au lieu d’être sans cesse attaqué. Nous saluons à cet égard l’arrivée de Madame Frédérique Bredin à la Présidence du CNC. Nous savons qu’elle aura à cœur de défendre ce système fondamental au cœur de notre politique culturelle.

Nous avons la conviction que les nouveaux acteurs du numérique doivent, comme les chaînes de télévision, participer à l’existence d’un tissu créatif professionnel et assumer la responsabilité qui est la leur, vis-à-vis de tous les publics et en particulier vis-à-vis des générations futures.

Nous demandons dans l’immédiat que les nouveaux entrants de la TNT et les nouveaux services non linéaires, investissent désormais le champ de la création originale inédite,

Nous demandons qu’au lieu de s’engouffrer dans des logiques de mimétismes de programmation, ils assurent leur différence par des engagements de diversité éditoriale,

Nous demandons qu’ils participent enfin à assurer un écosystème professionnel qui leur apporte des contenus de haute valeur ajoutée, au travers des investissements diversifiés en production indépendante.
C’est à ces conditions que nous saurons tirer le meilleur parti de notre système d’exception et que nous pourrons assurer aux citoyens européens, l’existence d’une diversité culturelle sur tous leurs écrans.

Contact Presse :
Juliette Prissard-Eltejaye
01 44 70 70 44

JPEG - 1 Mo
JPEG - 1012.9 ko
JPEG - 1 Mo
JPEG - 1.3 Mo

  • cp_spi_sunny_s (...)

  • spi_ss_2013.pd (...)
    • 12-10-2018
    • Le BLOC salue l’apport du rapport d’Aurore Bergé pour une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique
    • Le BLOC a pris connaissance avec attention du rapport d’Aurore Bergé, rapporteure, et de Pierre-Yves Bournazel, président de la mission sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique, qui pose des jalons essentiels pour repenser notre système de régulation dans un environnement en pleine mutation. Préalablement, ce rapport pose le principe selon lequel il ne peut y avoir de politique publique de soutien à la création sans que le droit d’auteur soit respecté et (...)

    • Lire la suite
    • 10-10-2018
    • Plan animation du CNC : un soutien indispensable
    • Le CNC vient d’annoncer une première série de mesures pour le soutien et le développement du long métrage d’animation. Le SPI salue l’enveloppe de 2,5 M€ annoncée par le CNC à l’issue d’un travail de concertation avec l’ensemble des professionnels de la filière. Il estime cet effort indispensable au maintien du développement du secteur et à la valorisation d’un savoir-faire français. Le SPI souligne que ce plan ne doit être qu’une première étape vers une réflexion plus globale sur le développement d’une (...)

    • Lire la suite
    • 5-10-2018
    • Rapport sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle : de solides bases de réforme pour l’ensemble du secteur
    • La mission d’information de l’Assemblée nationale sur « une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère du numérique » était présentée hier par Aurore Bergé rapporteure de la mission, et Pierre-Yves Bournazel, son Président. Après plus de 220 auditions, notamment des professionnels du secteur, ce rapport brosse avec exigence et précision un état des lieux de la réglementation du secteur et formule une quarantaine de propositions qui serviront de base à la réforme annoncée de l’audiovisuel. (...)

    • Lire la suite
    • 21-09-2018
    • Modernisation de la contribution audiovisuelle publique : un rendez-vous à nouveau manqué ?
    • La ministre de la culture, Madame Nyssen, annonçait le 14 septembre, dans le cadre du festival de la fiction audiovisuelle, le lancement d’une réflexion devant aboutir dans un an à la modernisation de la contribution à l’audiovisuel public (CAP), pour la déconnecter de la détention d’un téléviseur. Dans les heures qui suivirent, les services du Premier ministre indiquaient que ce sujet n’était pas à l’étude. Puis le ministre des comptes publics, Monsieur Darmanin, annonçait le 17 septembre qu’il (...)

    • Lire la suite
    • 14-09-2018
    • Le groupe TF1, le SATEV, le SPECT, le SPFA, le SPI et l’USPA renouvellent leur partenariat en faveur de la création
    • Le groupe TF1 et le SATEV, le SPECT, le SPFA, le SPI et l’USPA annoncent la signature d’un nouvel accord, symbole de la volonté des acteurs de la filière audiovisuelle de la création française d’accompagner les transformations du secteur et l’évolution des usages dans le cadre d’une relation constructive. Cet accord vient modifier celui signé le 24 mai 2016. Les organisations professionnelles représentatives des producteurs audiovisuels et le groupe TF1 sont ainsi convenus des éléments suivants : (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40