En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

SITE EN RECONSTRUCTION

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Nomination de Dominique Boutonnat au CNC [25-07-2019]
    • Le SPI prend acte de la nomination de Dominique Boutonnat à la présidence du CNC par le Président de la République. Dans un contexte de fragilisation des équilibres réglementaires et économiques du secteur du cinéma et de l’audiovisuel, l’action du CNC est décisive pour préserver la richesse, la diversité et la liberté de la création française. Le SPI sera attentif à ce que les réformes qui sont sur le point de s’engager ne remettent pas en cause la spécificité des financements de la production (...)

    • Lire la suite
    • Nomination Déléguée générale adjointe [22-07-2019]
    • Emmanuelle MAUGER est nommée Déléguée générale adjointe du Syndicat des producteurs indépendants. Elle a été successivement depuis 1997 chargée de mission auprès du conseiller médias de l’ambassadeur de Corée à Paris, chargée de mission à l’unité des achats cinéma de la SEPT-ARTE, puis juriste à la Banque de programmes et de services de La Cinquième, avant d’intégrer le Bureau des industries de programmes de la Direction du développement des médias des services du Premier ministre auprès de Laurence Franceschini (...)

    • Lire la suite
    • Nomination d'un nouveau Délégué général [19-07-2019]
    • Catherine BERTIN quitte les fonctions de Déléguée générale du SPI qu’elle occupait depuis octobre 2015. A cette occasion, le Bureau du Syndicat la remercie tout particulièrement du travail accompli pendant son mandat. Le SPI est désormais un syndicat représentatif unitaire regroupant 420 adhérents, seul à couvrir l’intégralité du secteur cinématographique et audiovisuel, dans tous les genres : cinéma court et long, documentaire, fiction, spectacle vivant, animation, création numérique et sur tout le (...)

    • Lire la suite
    • Incertitude au CNC [12-07-2019]
    • La Présidente du CNC, Frédérique Bredin vient d’annoncer son départ. Son mandat a été marqué par une profonde mutation du secteur du cinéma et de l’audiovisuel. Le siège reste vide, pour la première fois dans l’histoire du CNC. Le SPI exprime une très vive inquiétude face à cette situation inédite qui pourrait bloquer l’institution. Le CNC doit être le garant de la stabilité du secteur, conserver une autonomie financière, sans compromettre la continuité de l’activité de la production. Il est essentiel que (...)

    • Lire la suite
    • BLOC : Les organisations professionnelles du cinéma se réjouissent de l’accord conclu avec Ciné + [8-07-2019]
    • Le BLIC, le BLOC et L’ARP se réjouissent de la conclusion d’un nouvel accord avec Ciné + concernant le financement et l’exposition des films de cinéma sur ce service jusqu’au 31 décembre 2022. Ce nouvel accord prend pleinement en compte l’évolution des usages et valorise les œuvres dans toute leur diversité pour une offre de cinéma attractive et différenciée sur les chaînes de Ciné +. Dans une période de profonde remise en cause de leur écosystème, les organisations professionnelles du cinéma ont fait (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Promouvoir le soutien à la création dans un monde numérique [16-05-2018]

Conférence de presse du SPI,
Le mardi 15 mai
A 10h00
Au STUDIO Cannes


Dans un contexte de numérisation et d’hyper concurrence entre les différents diffuseurs, les stratégies des différents acteurs du marché tendent à se concentrer autour de quelques œuvres, diffusées et rediffusées. Cette stratégie d’optimisation des investissements dans le cinéma s’illustre parfaitement chez les GAFAN, qui concentrent leurs financements sur 2 ou 3 films de réalisateurs confirmés dans chaque pays.

Marie Masmonteil, Vice-présidente long métrage, a expliqué que derrière les chiffres macro économiques favorables du secteur, se cachent de réelles disparités et une grande fragilité pour la production indépendante et la diversité.

Notre système de soutien à la diversité culturelle trouve sa force dans notre capacité à construire, sur plusieurs films, des parcours de cinéastes, français et internationaux. La présence française à Cannes se fait notamment via l’accompagnement des cinéastes du monde entier par ce tissu de producteurs indépendants.

Son existence est une condition essentielle de l’écosystème. Pourtant, la situation des entreprises de production fait partie des angles morts de l’analyse publique sectorielle, alors qu’elles en sont le maillon central.

Dans le même temps, les effets du numérique et l’entrée de ses nouveaux acteurs pèsent sur toute la filière de la création, créent des déséquilibres de plus en plus importants dans le financement et la diffusion des œuvres, à commencer par la salle de cinéma.

La numérisation de la filière de diffusion des œuvres entraine des phénomènes de concentration d’une ampleur jusque-là inconnue. Les diffuseurs s’inscrivent dans un contexte de concurrence exacerbée, et, pour se protéger, prennent de moins en moins de risques. Ainsi, dès la salle de cinéma, et quel que soit le mode de diffusion, les écarts d’exposition entre les films se creusent.

A l’aune de ces constats, une politique de soutien volontariste est plus que jamais nécessaire, afin de conserver une création riche et diversifiée. Alors que la dimension économique de notre système de soutien tend à croître, il est nécessaire de contrebalancer cette tendance à la concentration des financements en renforçant leur dimension culturelle de nos soutiens, en axant davantage sur la création et les parcours professionnels.

La chronologie des médias est l’instrument central de cette régulation et doit se moderniser, dans le cadre d’un accord professionnel, dont le SPI souhaite la signature rapide. Face à l’accélération rapide des modèles économiques, la réflexion doit, de façon pragmatique, s’orienter autour de la contribution effective à la création, tout en aménageant la possibilité pour les nouveaux acteurs de s’inscrire dans notre système vertueux. Cette signature montrerait également que la filière est forte et sait s’entendre sur des enjeux cruciaux.

Les chaînes de télévision demeurent le socle de financement de la création cinématographique et le rôle du service public dans le financement des œuvres doit être conforté.

Parallèlement, le développement de la télévision numérique terrestre a profondément modifié le rapport du cinéma à la télévision, avec des chaînes de télévision qui diffusent abondement des œuvres cinématographiques, sans contribuer à leur préfinancement. Il est donc nécessaire, enfin, d’adapter le cadre juridique de ce nouveau paysage audiovisuel, alors que les chaînes non historiques représentent désormais 30 % de l’audience linéaire, en ne contribuant que très faiblement à la création.

Une modernisation doit s’enclencher à toutes les étapes de notre système de soutien et de régulation, afin que la France demeure le pays de la création cinématographique, le lieu d’émergence des nouveaux talents, d’ouverture sur le monde et de diversité de la création. Deux premières étapes essentielles viennent d’être franchies dans la reconstitution de notre modèle de soutien à la création :

  • La prise de conscience que la lutte contre le piratage, et donc plus largement la défense du droit d’auteur, est une condition indispensable à la modernisation de notre modèle culturel.
  • La nécessité d’empêcher les acteurs mondiaux de contourner les règles nationales de défense la diversité culturelle. Le compromis obtenu, sous réserve de sa rédaction finale, dans le cadre du projet de révision de la Directive Services de Médias Audiovisuels constitue une avancée fondamentale en ce sens.

Sur ces deux points, nous saluons le travail effectué par le Ministère de la Culture, qui cherche à poser les fondements de cette régulation renouvelée, et appelons dès à présent à une réflexion que ces acteurs contribuent effectivement au financement de la création.

Ainsi, le SPI s’inscrit dans cette réflexion en prenant en compte l’ensemble des acteurs de la filière, et dans une logique d’intérêt général, afin de ne fragiliser aucun des maillons de la chaîne, tout en rappelant que le producteur est au centre de ce processus de création.

Fort de ces constats, le SPI formule les propositions suivantes :

I. Repenser la diffusion des œuvres dans une filière entièrement numérisée :

  • Trouver rapidement un nouvel accord concernant la chronologie des médias, permettant d’insérer les acteurs du numérique en fonction de leur juste contribution à l’écosytème de la création et de la diffusion des œuvres,
  • Réguler la salle de cinéma comme tous les autres médias numériques, par un cadre juridique adapté garantissant la diversité dans l’exposition des œuvres, passant par un renforcement des engagements de programmation et la création d’une instance de régulation indépendante,
  • Accorder les droits de télévision de rattrapage pour les films coproduits à France Télévisions, pour permettre l’émergence d’un service public de l’audiovisuel linéaire et linéaire,

II. Renforcer la dimension culturelle de nos soutiens publics :

  • Engager une réflexion sur les aides à l’écriture et au développement, en mettant le trio scénariste-réalisateur-producteur et les parcours professionnels au centre du processus,
  • Renforcer l’avance sur recettes, notamment en augmentant son budget et en garantissant un niveau de chiffrage minimal très en amont de la mise en production des projets,
  • Modifier les règles d’intensité d’aides publiques, afin de permettre aux différents dispositifs d’aides d’atteindre pleinement leur objectif de soutien à une création diversifiée,
  • Développer des indicateurs permettant, au delà de la simple dimension économique, d’analyser le fonctionnement de nos soutiens sous un angle culturel : parcours professionnels, passage du court au long métrage, diversité des œuvres produites, présence dans des festivals internationaux, égalité femme-homme...

III. S’appuyer sur le tissu d’entreprises de production pour promouvoir la diversité culturelle cinématographique dans le monde :

  • Analyser la situation économique du tissu de producteurs indépendants,
  • Augmenter le budget de l’Aide aux cinémas du monde, afin de soutenir plus et mieux les coproductions internationales,
  • Permettre, dans des conditions à définir, l’accès au crédit d’impôt pour les dépenses de production en France dans le cadre de coproductions internationales,

IV. Favoriser la diversité de l’investissement des chaînes de télévision dans le cinéma :

  • Consolider le financement de l’audiovisuel public, en modernisant la Contribution à l’Audiovisuel public et en garantissant l’investissement dans la diversité de la création cinématographique, notamment en créant une nouvelle filiale « cinéma » pour France 4,
  • Diversifier les investissements des chaînes gratuites privées, par la mise en place d’obligations groupe en contrepartie d’une obligation de préfinancement d’un nombre minimal de films,
  • Inscrire les chaînes de la TNT comme réels contributeurs à la création, en baissant le seuil de déclenchement de l’obligation de préfinancement,

V. Réguler les services de VAD pour en faire des acteurs de la diversité culturelle :

  • Mettre en place une contribution effective des plateformes de vidéo à la demande au préfinancement des œuvres, avec des engagements de diversité,
  • Modifier le décret régulant les services de VADA afin de permettre une diversité des catalogues disponibles,


    Contact :
    Catherine BERTIN, Déléguée générale
    Syndicat des Producteurs Indépendants – 4 Cité Griset - 75011 Paris - Tel : 01 44 70 70 44

  • cp_confa_c_ren (...)
    • 1-04-2019
    • Le Syndicat des Producteurs Indépendants félicite chaleureusement la société de production Unité de production pour ses prix obtenus au Festival Séries Mania 2019.
    • Compétition internationale - Prix de la meilleure actrice décerné à Marina Hands Prix du public « Mytho » de Fabrice GOBERT Bruno NAHON - UNITÉ DE PRODUCTION et ARTE FRANCE (Arte et Netflix) Elle illustre le professionnalisme, la prise de risque, l’originalité de la production indépendante française résolument tournée vers l’international. Contact : Catherine BERTIN, Déléguée générale – Syndicat des Producteurs Indépendants Tél. 01 44 70 70 (...)

    • Lire la suite
    • 29-03-2019
    • Non à la suppression de la redevance audiovisuelle
    • De nombreuses organisations de l’audiovisuel et du cinéma réagissent aux déclarations faites ce matin par le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin concernant la suppression de la redevance audiovisuelle. Les organisations de l’audiovisuel et du cinéma signataires sont abasourdies par les déclarations faites ce matin sur BFM TV et RMC par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, affirmant avoir proposé au Président de la République et au Premier ministre la (...)

    • Lire la suite
    • 29-03-2019
    • API-PROCIREP-ANGOA-EUROCINEMA-SATEV-SPECT-SPFA-SPI-UPC-USPA - Directive sur la radiodiffusion en ligne : la production française salue un nouveau vote positif du Parlement européen en faveur de la modernisation du droit d’auteur en Europe
    • Les organisations professionnelles des producteurs cinématographiques et audiovisuels français se réjouissent du vote du Parlement européen qui a approuvé ce jeudi 28 mars la directive destinée à moderniser la directive « câble et satellite » de 1993. Après l’adoption mardi de la Directive sur le droit d’auteur, c’est un pas de plus qui est fait pour moderniser le cadre européen de protection de la création. Cette nouvelle Directive va faciliter la retransmission linéaire des chaînes de télévision sur (...)

    • Lire la suite
    • 26-03-2019
    • API-PROCIREP-SATEV-SPECT-SPFA-SPI-UPC-USPA - Directive sur le droit d’auteur : la production française salue une nouvelle étape essentielle dans la régulation du marché numérique
    • L’ensemble des organisations représentant la production française, tant cinématographique qu’audiovisuelle, salue le vote du Parlement européen approuvant définitivement la directive sur le droit d’auteur, ce mardi 26 mars. Après une campagne sans précédent de la part des géants américains destinée à remettre en cause ce texte par tous les moyens, y compris en faisant circuler des informations mensongères, ce vote est un acte courageux et historique de la part du Parlement européen. Avec l’adoption de (...)

    • Lire la suite
    • 19-03-2019
    • Prix Procirep du Producteur français de documentaire de l’année
    • A l’occasion de la cérémonie de remise des 25ème Prix du producteur français de télévision organisée par la Procirep le 18 mars 2019, le Syndicat des Producteurs Indépendants est fier et félicite très chaleureusement LES FILMS DU BALIBARI POUR LE PRIX PROCIREP DU PRODUCTEUR FRANÇAIS DE DOCUMENTAIRE DE L’ANNÉE Ce prix récompense les choix éditoriaux, la diversité, la qualité des productions, la prise de risque du producteur délégué au travers de projets de proximité mais également à dimension (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40