En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Le SPI félicite très chaleureusement la société Maneki Films et sa productrice Didar Domehri pour l’attribution du Prix IFCIC de la jeune société de production. [11-12-2017]
    • Au nom de ses 420 entreprises de production adhérentes, le SPI félicite très chaleureusement la société Maneki Films et sa productrice Didar Domehri, pour l’attribution du 14ème Prix IFCIC de la jeune société de production indépendante. Pour la septième année consécutive ce prix est remis à une société adhérente du SPI, ce qui démontre la force du tissu de producteurs indépendants dans l’émergence et l’accompagnement des cinéastes d’aujourd’hui et de demain. Cette distinction récompense avant tout le travail (...)

    • Lire la suite
    • Faire taire de dangereuses rumeurs [8-12-2017]
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément [8-12-2017]
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles [22-11-2017]
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique ! [22-11-2017]
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

L’ensemble des producteurs cinématographiques indépendants propose une convention collective pour l’emploi (AFPF, APC, APFP, SPI, UPF) [20-12-2012]

Alerte sur les emplois et la diversité culturelle dans la production de films cinématographiques et de films publicitaires : les pouvoirs publics sont-ils prêts à sacrifier 70 films et plus de 15 000 emplois par an, et à organiser la production française au bénéfice des groupes d’exploitation de salles de cinéma ?

L’ENSEMBLE DES PRODUCTEURS CINÉMATOGRAPHIQUES INDÉPENDANTS PROPOSE UNE CONVENTION COLLECTIVE POUR L’EMPLOI (AFPF, APC, APFP, SPI, UPF)


L’Association française des producteurs de films (AFPF), l’Association des producteurs de cinéma (APC), l’Association des producteurs de films publicitaires (APFP), le Syndicat des producteurs indépendants (SPI) et l’Union des producteurs de films (UPF) qui représentent 95% des films cinématographiques et 100 % des films publicitaires produits en France, lancent un cri d’alarme à la suite de la réunion d’aujourd’hui du Conseil national des professions du spectacle présidé par la Ministre de la culture.

Ils alertent sur les répercussions quant à l’emploi et la diversité culturelle d’une éventuelle extension à tout le secteur de la production, évoquée aujourd’hui par la Ministre de la culture, d’un accord collectif signé par une seule organisation professionnelle (l’Association des producteurs indépendants) qui regroupe les quatre grands groupes d’exploitation de salles de cinéma et de distribution en France. Ces groupes ne représentent que 5 % des films produits en France mais n’en entendent pas moins organiser le marché de la production dans leur intérêt.

Ce texte comporte de telles hausses de coûts que les petites entreprises, qui constituent l’essentiel de la production française, seront dans l’incapacité de les supporter pour la majorité des films qu’elles produisent. Ce sont ainsi 60 à 70 films cinématographiques de long métrage de fiction, 180 films publicitaires, et à terme la totalité des films documentaires et des films publicitaires, qui ne pourraient plus être produits en France chaque année, si ce texte devait être rendu obligatoire. Ces films, soit ne pourraient plus se faire, soit devraient être produits à l’étranger, ce qui reviendrait à faire disparaître des entreprises et 15 000 à 20 000 emplois directs dans notre pays, sans même évoquer les répercussions sur les industries techniques.

La réforme du crédit d’impôt pour le cinéma et l’audiovisuel récemment adoptée ne change malheureusement rien à cette situation. En effet, si cette réforme est appelée à améliorer la localisation du tournage de films à budget important, elle ne profitera que très peu à la majorité des films, dont l’existence est mise en cause par ce texte.

Les organisations de producteurs cinématographiques indépendants AFPF, APC, SPI et UPF ont proposé un texte alternatif de convention collective, qui représente un important progrès social tout en préservant la diversité des productions. Ce texte couvre pour la première fois tous les films et tous les salariés de la production : les équipes techniques notamment les réalisateurs, les acteurs et les artistes de complément. Il va inclure également les salariés permanents.

Sur la base de ce texte, favorable à l’emploi, à la diversité culturelle et à la protection des salariés du secteur, l’AFPF, l’APC, le SPI et l’UPF appellent l’ensemble des partenaires sociaux à la conclusion, d’ici fin janvier, d’une convention collective pouvant être étendue. Ils saluent le sens des responsabilités de la CFDT qui a d’ores et déjà exprimé sa volonté d’entrer dans cette négociation et demandent solennellement au gouvernement de les appuyer dans leur démarche afin de donner la chance de conclure une convention collective préservant les emplois et les films.
Il en va de l’avenir du cinéma français, dont la dynamique positive est reconnue et consacrée aussi bien au niveau national qu’international.



Paris, le 20 décembre 2012


Contacts :
AFPF – Stéphane Guénin / Bruno Daniault – 0 975 877 807 ;
APC – Frédéric Goldsmith – 01 53 89 01 30 ;
APFP – Julien Pasquier – 06 07 22 80 75 ;
SPI – Juliette Prissard – 01 44 70 70 44 ;
UPF – Marie-Paule Biosse Duplan – 01 44 90 07 10


  • comm_presse_20 (...)
    • 11-12-2017
    • Le SPI félicite très chaleureusement la société Maneki Films et sa productrice Didar Domehri pour l’attribution du Prix IFCIC de la jeune société de production.
    • Au nom de ses 420 entreprises de production adhérentes, le SPI félicite très chaleureusement la société Maneki Films et sa productrice Didar Domehri, pour l’attribution du 14ème Prix IFCIC de la jeune société de production indépendante. Pour la septième année consécutive ce prix est remis à une société adhérente du SPI, ce qui démontre la force du tissu de producteurs indépendants dans l’émergence et l’accompagnement des cinéastes d’aujourd’hui et de demain. Cette distinction récompense avant tout le travail (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Faire taire de dangereuses rumeurs
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique !
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40