En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

SITE EN RECONTRUCTION

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Décision du Conseil constitutionnel sur la taxe sur les services de télévision affectée au CNC : éviter le pire [30-10-2017]
    • Le SPI prend connaissance ce jour de la décision du Conseil constitutionnel, censurant la taxe sur les services de télévision (TST-E) affectée au CNC et du sage aménagement reportant l’effet de cette décision à juillet 2018 afin de permettre au législateur de régulariser les dispositions contestées. Une application immédiate aurait mis gravement en péril le CNC, reconnu dans le monde entier comme le modèle français du soutien au cinéma et à l’audiovisuel. Ses aides, ses interventions stratégiques (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC appelle Canal Plus à ne pas se tromper d'adversaire et à renforcer son partenariat avec le cinéma français dans sa diversité [27-10-2017]
    • Les organisations membres du Bureau de liaison des organisations du cinéma (BLOC) expriment leur étonnement et leur désaccord à la lecture de l’interview de Maxime Saada, Directeur général du groupe Canal Plus, dans le Figaro d’aujourd’hui. Il y est indiqué que face à une situation financière tendue et surtout à l’émergence de Netflix, d’Amazon et d’Altice Studio, qui n’ont signé aucune obligation d’investissement dans le cinéma, « coup Canal + a décidé de remettre à plat ses relations avec le cinéma », en (...)

    • Lire la suite
    • ARP-BLOC-SACD-SCAM-USPA-SPFA-SPI : Financement de France Télévisions : une marche en arrière inquiétante [20-10-2017]
    • L’ARP, le BLOC, la SACD, la SCAM, le SPFA, le SPI et l’USPA sont surpris et déçus par la décision du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale de retoquer l’amendement déposé et voté en Commission des finances la semaine passée pour abonder les ressources de France Télévisions de 20 millions d’€ supplémentaires. Alors qu’un effort de près de 50 millions d’€ a été demandé à France Télévisions dans le projet de loi de finances, le rapporteur général du budget, Joël Giraud, et la députée Frédérique (...)

    • Lire la suite
    • Financement de France Télévisions : un premier pas [17-10-2017]
    • La Commission des Finances de l’Assemblée Nationale a adopté jeudi dernier un amendement dans le cadre du projet de loi de finances 2018 permettant d’abonder de 20 millions supplémentaires le budget de France Télévisions. Les syndicats de producteurs audiovisuels tiennent à remercier Joël Giraud, rapporteur général du Budget, Frédérique Dumas, rapporteure pour la Commission Culture et Marie-Ange Magne, rapporteure pour la Commission des Finances, à l’initiative de cet amendement. Cet abondement permet (...)

    • Lire la suite
    • BLOC : Les organisations professionnelles du cinéma et de l’audiovisuel saisissent le CSA de la situation d’Altice Studio [26-09-2017]
    • L’ensemble des organisations du cinéma et de l’audiovisuel ont saisi le CSA sur la situation d’Altice Studio, le nouveau service de télévision proposé aux abonnés de SFR depuis le 29 août dernier. Lors de la conférence de presse donnée pour le lancement de ce service de télévision payante consacré à la diffusion de séries TV et de films, les dirigeants d’Altice Studio ont affirmé qu’ils n’entendaient pas négocier d’accord avec les organisations du cinéma et ont indiqué qu’ils n’appliqueraient pas les (...)

    • Lire la suite
  • ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ...

L’ensemble des producteurs cinématographiques indépendants propose une convention collective pour l’emploi (AFPF, APC, APFP, SPI, UPF) [20-12-2012]

Alerte sur les emplois et la diversité culturelle dans la production de films cinématographiques et de films publicitaires : les pouvoirs publics sont-ils prêts à sacrifier 70 films et plus de 15 000 emplois par an, et à organiser la production française au bénéfice des groupes d’exploitation de salles de cinéma ?

L’ENSEMBLE DES PRODUCTEURS CINÉMATOGRAPHIQUES INDÉPENDANTS PROPOSE UNE CONVENTION COLLECTIVE POUR L’EMPLOI (AFPF, APC, APFP, SPI, UPF)


L’Association française des producteurs de films (AFPF), l’Association des producteurs de cinéma (APC), l’Association des producteurs de films publicitaires (APFP), le Syndicat des producteurs indépendants (SPI) et l’Union des producteurs de films (UPF) qui représentent 95% des films cinématographiques et 100 % des films publicitaires produits en France, lancent un cri d’alarme à la suite de la réunion d’aujourd’hui du Conseil national des professions du spectacle présidé par la Ministre de la culture.

Ils alertent sur les répercussions quant à l’emploi et la diversité culturelle d’une éventuelle extension à tout le secteur de la production, évoquée aujourd’hui par la Ministre de la culture, d’un accord collectif signé par une seule organisation professionnelle (l’Association des producteurs indépendants) qui regroupe les quatre grands groupes d’exploitation de salles de cinéma et de distribution en France. Ces groupes ne représentent que 5 % des films produits en France mais n’en entendent pas moins organiser le marché de la production dans leur intérêt.

Ce texte comporte de telles hausses de coûts que les petites entreprises, qui constituent l’essentiel de la production française, seront dans l’incapacité de les supporter pour la majorité des films qu’elles produisent. Ce sont ainsi 60 à 70 films cinématographiques de long métrage de fiction, 180 films publicitaires, et à terme la totalité des films documentaires et des films publicitaires, qui ne pourraient plus être produits en France chaque année, si ce texte devait être rendu obligatoire. Ces films, soit ne pourraient plus se faire, soit devraient être produits à l’étranger, ce qui reviendrait à faire disparaître des entreprises et 15 000 à 20 000 emplois directs dans notre pays, sans même évoquer les répercussions sur les industries techniques.

La réforme du crédit d’impôt pour le cinéma et l’audiovisuel récemment adoptée ne change malheureusement rien à cette situation. En effet, si cette réforme est appelée à améliorer la localisation du tournage de films à budget important, elle ne profitera que très peu à la majorité des films, dont l’existence est mise en cause par ce texte.

Les organisations de producteurs cinématographiques indépendants AFPF, APC, SPI et UPF ont proposé un texte alternatif de convention collective, qui représente un important progrès social tout en préservant la diversité des productions. Ce texte couvre pour la première fois tous les films et tous les salariés de la production : les équipes techniques notamment les réalisateurs, les acteurs et les artistes de complément. Il va inclure également les salariés permanents.

Sur la base de ce texte, favorable à l’emploi, à la diversité culturelle et à la protection des salariés du secteur, l’AFPF, l’APC, le SPI et l’UPF appellent l’ensemble des partenaires sociaux à la conclusion, d’ici fin janvier, d’une convention collective pouvant être étendue. Ils saluent le sens des responsabilités de la CFDT qui a d’ores et déjà exprimé sa volonté d’entrer dans cette négociation et demandent solennellement au gouvernement de les appuyer dans leur démarche afin de donner la chance de conclure une convention collective préservant les emplois et les films.
Il en va de l’avenir du cinéma français, dont la dynamique positive est reconnue et consacrée aussi bien au niveau national qu’international.



Paris, le 20 décembre 2012


Contacts :
AFPF – Stéphane Guénin / Bruno Daniault – 0 975 877 807 ;
APC – Frédéric Goldsmith – 01 53 89 01 30 ;
APFP – Julien Pasquier – 06 07 22 80 75 ;
SPI – Juliette Prissard – 01 44 70 70 44 ;
UPF – Marie-Paule Biosse Duplan – 01 44 90 07 10


  • comm_presse_20 (...)
    • 17-10-2018
    • Nomination de Franck Riester au ministère de la Culture
    • Le SPI salue la nomination de Franck Riester au ministère de la Culture et lui adresse tous ses vœux de succès dans ses nouvelles fonctions. Il succède à ce poste à Françoise Nyssen que nous remercions chaleureusement pour le travail accompli au cours de ces derniers mois notamment pour la construction d’une régulation européenne du secteur, pour la modernisation de la chronologie des médias et pour la défense constante de la création. Elle s’est engagée personnellement pour l’adoption des directives (...)

    • Lire la suite
    • 12-10-2018
    • Le BLOC salue l’apport du rapport d’Aurore Bergé pour une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique
    • Le BLOC a pris connaissance avec attention du rapport d’Aurore Bergé, rapporteure, et de Pierre-Yves Bournazel, président de la mission sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique, qui pose des jalons essentiels pour repenser notre système de régulation dans un environnement en pleine mutation. Préalablement, ce rapport pose le principe selon lequel il ne peut y avoir de politique publique de soutien à la création sans que le droit d’auteur soit respecté et (...)

    • Lire la suite
    • 10-10-2018
    • Plan animation du CNC : un soutien indispensable
    • Le CNC vient d’annoncer une première série de mesures pour le soutien et le développement du long métrage d’animation. Le SPI salue l’enveloppe de 2,5 M€ annoncée par le CNC à l’issue d’un travail de concertation avec l’ensemble des professionnels de la filière. Il estime cet effort indispensable au maintien du développement du secteur et à la valorisation d’un savoir-faire français. Le SPI souligne que ce plan ne doit être qu’une première étape vers une réflexion plus globale sur le développement d’une (...)

    • Lire la suite
    • 5-10-2018
    • Rapport sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle : de solides bases de réforme pour l’ensemble du secteur
    • La mission d’information de l’Assemblée nationale sur « une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère du numérique » était présentée hier par Aurore Bergé rapporteure de la mission, et Pierre-Yves Bournazel, son Président. Après plus de 220 auditions, notamment des professionnels du secteur, ce rapport brosse avec exigence et précision un état des lieux de la réglementation du secteur et formule une quarantaine de propositions qui serviront de base à la réforme annoncée de l’audiovisuel. (...)

    • Lire la suite
    • 21-09-2018
    • Modernisation de la contribution audiovisuelle publique : un rendez-vous à nouveau manqué ?
    • La ministre de la culture, Madame Nyssen, annonçait le 14 septembre, dans le cadre du festival de la fiction audiovisuelle, le lancement d’une réflexion devant aboutir dans un an à la modernisation de la contribution à l’audiovisuel public (CAP), pour la déconnecter de la détention d’un téléviseur. Dans les heures qui suivirent, les services du Premier ministre indiquaient que ce sujet n’était pas à l’étude. Puis le ministre des comptes publics, Monsieur Darmanin, annonçait le 17 septembre qu’il (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40