En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

SITE EN RECONSTRUCTION

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Nomination de Dominique Boutonnat au CNC [25-07-2019]
    • Le SPI prend acte de la nomination de Dominique Boutonnat à la présidence du CNC par le Président de la République. Dans un contexte de fragilisation des équilibres réglementaires et économiques du secteur du cinéma et de l’audiovisuel, l’action du CNC est décisive pour préserver la richesse, la diversité et la liberté de la création française. Le SPI sera attentif à ce que les réformes qui sont sur le point de s’engager ne remettent pas en cause la spécificité des financements de la production (...)

    • Lire la suite
    • Nomination Déléguée générale adjointe [22-07-2019]
    • Emmanuelle MAUGER est nommée Déléguée générale adjointe du Syndicat des producteurs indépendants. Elle a été successivement depuis 1997 chargée de mission auprès du conseiller médias de l’ambassadeur de Corée à Paris, chargée de mission à l’unité des achats cinéma de la SEPT-ARTE, puis juriste à la Banque de programmes et de services de La Cinquième, avant d’intégrer le Bureau des industries de programmes de la Direction du développement des médias des services du Premier ministre auprès de Laurence Franceschini (...)

    • Lire la suite
    • Nomination d'un nouveau Délégué général [19-07-2019]
    • Catherine BERTIN quitte les fonctions de Déléguée générale du SPI qu’elle occupait depuis octobre 2015. A cette occasion, le Bureau du Syndicat la remercie tout particulièrement du travail accompli pendant son mandat. Le SPI est désormais un syndicat représentatif unitaire regroupant 420 adhérents, seul à couvrir l’intégralité du secteur cinématographique et audiovisuel, dans tous les genres : cinéma court et long, documentaire, fiction, spectacle vivant, animation, création numérique et sur tout le (...)

    • Lire la suite
    • Incertitude au CNC [12-07-2019]
    • La Présidente du CNC, Frédérique Bredin vient d’annoncer son départ. Son mandat a été marqué par une profonde mutation du secteur du cinéma et de l’audiovisuel. Le siège reste vide, pour la première fois dans l’histoire du CNC. Le SPI exprime une très vive inquiétude face à cette situation inédite qui pourrait bloquer l’institution. Le CNC doit être le garant de la stabilité du secteur, conserver une autonomie financière, sans compromettre la continuité de l’activité de la production. Il est essentiel que (...)

    • Lire la suite
    • BLOC : Les organisations professionnelles du cinéma se réjouissent de l’accord conclu avec Ciné + [8-07-2019]
    • Le BLIC, le BLOC et L’ARP se réjouissent de la conclusion d’un nouvel accord avec Ciné + concernant le financement et l’exposition des films de cinéma sur ce service jusqu’au 31 décembre 2022. Ce nouvel accord prend pleinement en compte l’évolution des usages et valorise les œuvres dans toute leur diversité pour une offre de cinéma attractive et différenciée sur les chaînes de Ciné +. Dans une période de profonde remise en cause de leur écosystème, les organisations professionnelles du cinéma ont fait (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles [22-11-2017]

A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en salles.

Tout d’abord, le BLOC a souhaité la remercier d’avoir annoncé lors du Congrès des exploitants, la mise en oeuvre prochaine de plusieurs propositions du rapport rendu en juin dernier par l’Inspection Générale des Finances et l’Inspection Générale des Affaires Culturelles intitulé : “Financement de la projection numérique en salle de cinéma” (arrêt des VPF, mise en place d’une veille technique et économique) et sa volonté de les prolonger par une réflexion sur les mécanismes de soutien à l’exploitation, afin de renforcer la solidarité de ce secteur. En effet, les préconisations du rapport répondent aux objectifs qui lui avaient été fixés quant à l’analyse des effets de la transition numérique.

En revanche, le BLOC a désiré faire part à la Présidente du CNC de son souhait que les questions liées à l’exposition des oeuvres ne se limitent pas au suivi des conditions de programmation, sur la base des études statistiques produites par le CNC. Cette problématique lui semble en effet s’inscrire dans un ensemble plus large de questions relatives au secteur de l’exploitation et à la diffusion des oeuvres en salle, qui, comme le BLOC l’a rappelé dans plusieurs courriers, ne font plus l’objet d’aucune concertation depuis l’arrêt des Assises pour la diversité du cinéma il y un an, à la suite du retrait de la FNCF.

Le BLOC considère qu’il est nécessaire de définir un nouveau cadre de régulation afin de traiter collectivement l’ensemble de ces problématiques, considérées comme prioritaires pour l’ensemble de la filière.

Notamment, le BLOC appelle de ses voeux la désignation d’une instance indépendante pérenne, en mesure d’agir pour réguler effectivement le secteur de l’exploitation en salle. Cette régulation doit faire l’objet de mécanismes spécifiques, dont la mise en oeuvre suppose des pouvoirs et des moyens financiers propres. Le comité de concertation pour la diffusion numérique n’est pas adapté à cet égard.

Cette instance serait à même de reprendre une partie des travaux des Assises pour la diversité du cinéma en vue de cette régulation (maintien de la diversité d’exposition des films, engagements de diffusion, partage de la valeur, régulation de la promotion en salles – sur ce sujet, le BLOC rappelle qu’il est toujours dans l’attente du décret entérinant les mesures déjà actées –, régulation de la concentration…).

Le BLOC a en outre confirmé solliciter des informations préparatoires au premier bilan de l’accord du 13 mai 2016 prévu en cette fin d’année. En effet, les organisations qui en sont membres ont pu constater que l’application de l’accord n’était pas effective à de nombreux égards, notamment concernant la durée d’exposition des oeuvres européennes.

Enfin, le BLOC a réitéré sa vive surprise de constater il y a peu la suppression de la commission d’agrément des formules d’accès illimité au cinéma, ainsi que la baisse de 2,12% du prix de référence de la formule éditée par les cinémas Gaumont Pathé, ces deux décisions ayant été prises sans concertation préalable avec les représentants des ayants droit.

Il a sollicité une concertation en urgence sur cette baisse du prix de référence, avec laquelle il est en désaccord et qui va avoir un impact important sur la rémunération des ayants droit d’un grand nombre de films.

Il a souligné que, plus que jamais, se pose le problème de l’absence de toute contribution à la création cinématographique et de tout partage avec les ayants droit des recettes auxquelles ces formules servent de produit d’appel.


Contacts :
Julie Lethiphu – 01 44 89 62 58
Frédéric Goldsmith – 01 53 89 01 30

    • 7-05-2018
    • Conférence de presse du SPI : Promouvoir le soutien à la création dans un monde numérique
    • Le mardi 15 mai A 10h00 « Le Studio Cannes » (5 Rue des Belges 06400 Cannes) Dans un contexte de numérisation et d’hyper concurrence entre les différents diffuseurs et modes de diffusion, les stratégies des différents acteurs du marché tendent à se concentrer autour de quelques œuvres, diffusées et rediffusées. Cette stratégie d’optimisation des investissements dans le cinéma s’illustre parfaitement parmi les GAFAN, qui privilégient l’optimisation de leurs investissements, en finançant 2 ou 3 films de (...)

    • Lire la suite
    • 7-05-2018
    • Festival de Cannes 2018 : Le SPI félicite chaleureusement ses adhérents pour leurs sélections
    • SÉLECTION OFFICIELLE EN COMPÉTITION - Longs Métrages Asako (Netemo Sametemo) de Ryusuke Hamaguchi Comme des Cinémas Heureux comme Lazzaro d’Alice Rohrwacher Ad Vitam Production Les Filles du Soleil d’Eva Husson Maneki Films Plaire, Aimer et Courir Vite de Christophe Honoré Les Films Pelléas Un Couteau dans le Coeur de Yann Gonzalez CG Cinéma SÉLECTION OFFICIELLE EN COMPÉTITION - Court Métrage Gabriel de Oren Gerner Why Not Productions SÉLECTION OFFICIELLE HORS COMPÉTITION - Un (...)

    • Lire la suite
    • 27-04-2018
    • Directive sur les services de médias audiovisuels : une avancée décisive pour la création européenne
    • Les producteurs de cinéma et de télévision se félicitent de l’aboutissement hier des discussions entre le Conseil, la Commission et le Parlement relatives à la révision de la Directive sur les services de médias audiovisuels. Après plusieurs années de négociations, les bases d’une nouvelle régulation européenne ont été posées garantissant le financement et l’exposition de la création européenne. Toutes les plateformes de vidéo à la demande en Europe devront proposer à minima 30% d’œuvres audiovisuelles et (...)

    • Lire la suite
    • 24-04-2018
    • Table Ronde ROC : "Court métrage et festivals, vecteurs essentiels de l’aménagement culturel des territoires
    • Les festivals et les associations culturelles ont un rôle déterminant dans la découverte par le plus large public des œuvres de court métrage. Aménagement culturel du territoire, transmission de la culture, rencontre entre le public et les artistes, ce n’est pas sans raison que les festivals constituent le « marché directeur » du court métrage. Dans un contexte de fragilisation et d’inquiétude pour ces acteurs de terrain, comment penser l’efficacité et la complémentarité des politiques publiques en (...)

    • Lire la suite
    • 24-04-2018
    • Table Ronde ROC : "Le court métrage : Incubateur de talents"
    • Le court métrage est la « tête chercheuse », le secteur « recherche et développement » du cinéma, et, plus largement, de l’audiovisuel et des nouveaux médias. Son économie permet de véritables innovations et expérimentations, en termes visuel, narratif et esthétique. Le court métrage joue ainsi un véritable rôle d’incubateur de talents. Il permet aux professionnels émergents de faire leurs premières armes, de tester des formes nouvelles et d’irriguer de leurs idées les filières audiovisuelles et (...)

    • Lire la suite

... | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | 65 | 70 | 75 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40