En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

SITE EN RECONSTRUCTION

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Nomination d'un nouveau Délégué général [19-07-2019]
    • Catherine BERTIN quitte les fonctions de Déléguée générale du SPI qu’elle occupait depuis octobre 2015. A cette occasion, le Bureau du Syndicat la remercie tout particulièrement du travail accompli pendant son mandat. Le SPI est désormais un syndicat représentatif unitaire regroupant 420 adhérents, seul à couvrir l’intégralité du secteur cinématographique et audiovisuel, dans tous les genres : cinéma court et long, documentaire, fiction, spectacle vivant, animation, création numérique et sur tout le (...)

    • Lire la suite
    • Incertitude au CNC [12-07-2019]
    • La Présidente du CNC, Frédérique Bredin vient d’annoncer son départ. Son mandat a été marqué par une profonde mutation du secteur du cinéma et de l’audiovisuel. Le siège reste vide, pour la première fois dans l’histoire du CNC. Le SPI exprime une très vive inquiétude face à cette situation inédite qui pourrait bloquer l’institution. Le CNC doit être le garant de la stabilité du secteur, conserver une autonomie financière, sans compromettre la continuité de l’activité de la production. Il est essentiel que (...)

    • Lire la suite
    • BLOC : Les organisations professionnelles du cinéma se réjouissent de l’accord conclu avec Ciné + [8-07-2019]
    • Le BLIC, le BLOC et L’ARP se réjouissent de la conclusion d’un nouvel accord avec Ciné + concernant le financement et l’exposition des films de cinéma sur ce service jusqu’au 31 décembre 2022. Ce nouvel accord prend pleinement en compte l’évolution des usages et valorise les œuvres dans toute leur diversité pour une offre de cinéma attractive et différenciée sur les chaînes de Ciné +. Dans une période de profonde remise en cause de leur écosystème, les organisations professionnelles du cinéma ont fait (...)

    • Lire la suite
    • TRIBUNE LE MONDE - La France : le seul pays au monde qui pense avoir trop de cinéma d’auteur [4-07-2019]
    • Les indépendants réagissent aux rapports sur le financement privé du cinéma et de l’audiovisuel (Dominique Boutonnat) et sur le contrôle du CNC (Céline Calvez et Marie-Ange Magne). Nous sommes scénaristes, cinéastes, producteurs, distributeurs et exploitants du cinéma indépendant. Indépendant ne veut pas dire que nous sommes la part intime du secteur : les indépendants fabriquent plus de 90% des films. Ils sont le modèle industriel du cinéma français. Nous le rappelons en préambule car c’est (...)

    • Lire la suite
    • Le SPI félicite chaleureusement ses producteurs pour les prix obtenus à l’occasion du Festival international du film d’animation d’Annecy 2019 [17-06-2019]
    • * Prix du jury pour un spécial TV : "La vie de château" de Clémence Madeleine-Perdrillat et Nathaniel H’Limi - Films Grand Huit et Miyu Productions * Prix André-Martin pour un long métrage français : "Le Procès contre Mandela et les autres" de Nicolas Champeaux et Gilles Porte - Rouge International * Prix André-Martin pour un court métrage français : "Mon juke box" de Florentine Grelier - Girelle Production * Prix Fondation Gan à la Diffusion : "Josep" d’Aurel - Les Films d’Ici Méditerranée * Prix (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Le ROC appelle à une meilleure prise en compte des questions culturelles, dans la réorganisation territoriale à venir. [20-12-2014]

Le Regroupement des Organisations du Court réunit l’ensemble des acteurs de la filière du court métrage – auteurs-réalisateurs, producteurs, diffuseurs, organisateurs de festivals, artistes-interprètes, acteurs de la démocratisation culturelle – avec pour objectif d’assurer la pérennité et la diversité de la production et de la diffusion d’œuvres de format court.

Fondamentalement attaché au dialogue et à l’échange avec les pouvoirs publics, le ROC a organisé, à l’occasion de la 4ème édition du « Jour le plus Court – Fête du court métrage », une journée professionnelle consacrée à la réforme territoriale et à ses enjeux pour l’avenir de la création cinématographique. En effet, à l’aube d’un nouvel acte de la décentralisation culturelle annoncé par le gouvernement, et dans un contexte généralisé de restrictions budgétaires, nous nous inquiétons quant à l’avenir de la culture sur notre territoire.

Placés sous le parrainage de Patrick Bloche, député de Paris, Président de la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale, qui a souligné comme son collègue député de l’Essonne Michel Pouzol que « la décentralisation culturelle ne vaut que si l’Etat culturel existe », nos débats ont rassemblé une centaine de professionnels et de représentants des pouvoirs publics mobilisés sur ces questions. Leurs témoignages ont, tout au long de la journée, rappelé le rôle essentiel des collectivités territoriales dans la défense de la diversité culturelle, en termes de création comme de diffusion. Comme le soulignait Jean-Raymond Garcia, directeur du département Cinéma et audiovisuel d’Ecla-Aquitaine, « les politiques régionales ont contribué à l’émergence d’une nouvelle génération d’auteurs et de techniciens en région ».

L’annonce à compter de 2015 de la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités, qui fait suite à l’amputation depuis 2008 de crédits déconcentrés du Ministère de la culture, fragilise l’ensemble des acteurs de l’action culturelle cinématographique et audiovisuelle. L’existence même de nombreuses structures est menacée.

Les actions, développées avec l’appui des collectivités, sont porteuses de retombées économiques, sociales et culturelles, et structurent un réseau important qui va des auteurs aux producteurs, en passant par les salles de cinémas Art et essai, les festivals et les associations de programmation – ce « maillage du territoire » qu’évoquait Marie Le Gac, responsable du bureau des auteurs à Rhône Alpes Cinéma. Elles génèrent de l’emploi, du lien social et de nombreuses dynamiques sur l’ensemble du territoire. Comme beaucoup d’intervenants, Caroline Sévin, directrice de l’ACAP – Picardie, a également souligné l’importance du court métrage dans les politiques d’éducation artistique à l’image. Une attention particulière, dans la nouvelle organisation territoriale, doit être portée aux conditions d’un réel soutien à ces réseaux qui sont, par la richesse de leur travail et la profondeur de leur inscription territoriale, garants du maintien de la diversité culturelle dans notre pays.

En matière de production de courts métrages, les collectivités territoriales sont la deuxième source de financement des œuvres en valeur absolue (après le CNC), et la première en nombre de films concernés. Elles sont absolument indispensables au financement des films et garantes de la diversité culturelle. L’affaiblissement de leurs fonds de soutien déstabiliserait en profondeur ce secteur.

La diffusion des œuvres, quant à elle, repose sur un travail quotidien des associations, des salles, et des festivals qui permet d’amener l’ensemble des œuvres à l’ensemble des publics. Pour cela, le réseau des acteurs culturels s’appuie sur une forte coordination entre l’Etat et les collectivités territoriales et des financements croisés, indispensables à leurs actions. Le réalisateur Jan Sitta remarquait par exemple que « la multiplicité des festivals permet qu’une grande diversité de films soit montrée et qu’on échappe au formatage ».

Dans le cadre de la nouvelle organisation territoriale en cours de discussion, le ROC demande donc que les pouvoirs publics mettent en place les conditions nécessaires pour préserver la diversité du cinéma sur l’ensemble du territoire, et notamment que chaque échelon territorial puisse continuer à initier ou à accompagner des interventions en matière de soutien à la création et à la diffusion des œuvres.

Comme l’exprime le producteur Fabrice Préel Cléach, « la fusion des régions devrait porter l’idée de construction, or on peut craindre qu’elle ne soit porteuse de déconstruction. » La déclaration du Président de la Commission Culture du Conseil régional d’Alsace Pascal Mangin : « Ce qui va se passer pour la culture ? Je n’en sais rien ! » n’a pas rassuré les participants.

Plus globalement, le ROC appelle à une attention particulière aux questions culturelles, pour lesquelles la collaboration entre l’Etat et les collectivités territoriales est plus que jamais nécessaire, et souhaite que les pouvoirs publics définissent rapidement des objectifs et actions partagés en matière de politique culturelle, notamment au bénéfice de la création et de la diffusion du court métrage et de la création audiovisuelle et cinématographique dans son ensemble.


Paris, le 19 décembre 2014


------------------------------------------------------------------
Contact presse :
SPI - Cyril Smet - 01 44 70 70 44
SRF – Bénédicte Hazé - 01 44 89 99 70


  • communique_roc (...)
    • 19-07-2019
    • Nomination d’un nouveau Délégué général
    • Catherine BERTIN quitte les fonctions de Déléguée générale du SPI qu’elle occupait depuis octobre 2015. A cette occasion, le Bureau du Syndicat la remercie tout particulièrement du travail accompli pendant son mandat. Le SPI est désormais un syndicat représentatif unitaire regroupant 420 adhérents, seul à couvrir l’intégralité du secteur cinématographique et audiovisuel, dans tous les genres : cinéma court et long, documentaire, fiction, spectacle vivant, animation, création numérique et sur tout le (...)

    • Lire la suite
    • 12-07-2019
    • Incertitude au CNC
    • La Présidente du CNC, Frédérique Bredin vient d’annoncer son départ. Son mandat a été marqué par une profonde mutation du secteur du cinéma et de l’audiovisuel. Le siège reste vide, pour la première fois dans l’histoire du CNC. Le SPI exprime une très vive inquiétude face à cette situation inédite qui pourrait bloquer l’institution. Le CNC doit être le garant de la stabilité du secteur, conserver une autonomie financière, sans compromettre la continuité de l’activité de la production. Il est essentiel que (...)

    • Lire la suite
    • 8-07-2019
    • BLOC : Les organisations professionnelles du cinéma se réjouissent de l’accord conclu avec Ciné +
    • Le BLIC, le BLOC et L’ARP se réjouissent de la conclusion d’un nouvel accord avec Ciné + concernant le financement et l’exposition des films de cinéma sur ce service jusqu’au 31 décembre 2022. Ce nouvel accord prend pleinement en compte l’évolution des usages et valorise les œuvres dans toute leur diversité pour une offre de cinéma attractive et différenciée sur les chaînes de Ciné +. Dans une période de profonde remise en cause de leur écosystème, les organisations professionnelles du cinéma ont fait (...)

    • Lire la suite
    • 4-07-2019
    • TRIBUNE LE MONDE - La France : le seul pays au monde qui pense avoir trop de cinéma d’auteur
    • Les indépendants réagissent aux rapports sur le financement privé du cinéma et de l’audiovisuel (Dominique Boutonnat) et sur le contrôle du CNC (Céline Calvez et Marie-Ange Magne). Nous sommes scénaristes, cinéastes, producteurs, distributeurs et exploitants du cinéma indépendant. Indépendant ne veut pas dire que nous sommes la part intime du secteur : les indépendants fabriquent plus de 90% des films. Ils sont le modèle industriel du cinéma français. Nous le rappelons en préambule car c’est (...)

    • Lire la suite
    • 17-06-2019
    • Le SPI félicite chaleureusement ses producteurs pour les prix obtenus à l’occasion du Festival international du film d’animation d’Annecy 2019
    • * Prix du jury pour un spécial TV : "La vie de château" de Clémence Madeleine-Perdrillat et Nathaniel H’Limi - Films Grand Huit et Miyu Productions * Prix André-Martin pour un long métrage français : "Le Procès contre Mandela et les autres" de Nicolas Champeaux et Gilles Porte - Rouge International * Prix André-Martin pour un court métrage français : "Mon juke box" de Florentine Grelier - Girelle Production * Prix Fondation Gan à la Diffusion : "Josep" d’Aurel - Les Films d’Ici Méditerranée * Prix (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40