Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

SPI Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Rapport de la Cour des Comptes intitulé « La Politique de soutien à la Production cinématographique et audiovisuelle" Certains constats partagés, des recommandations globalement inadaptées [14-04-2014]
    • La lecture de l’épais rapport remis par la Cour des Comptes au Gouvernement et aux parlementaires laisse la profession perplexe. Si, par une approche naturellement comptable, certains constats sur l’état du secteur peuvent en effet être corroborés par les chiffres issus du CSA ou du CNC, les recommandations formulées ne manquent pas de nous alarmer et ne peuvent à elles seules, constituer les axes de développement d’une politique culturelle publique ambitieuse, essentielle au fonctionnement (...)

    • Lire la suite
    • Comité Directeur du SPI 2014 [11-04-2014]
    • Lors de l’Assemblée Générale du 31 mars dernier, les membres du SPI ont procédé aux élections de renouvellement de son Comité Directeur (Présidents et membres des bureaux des trois collèges de producteurs). Le nouveau Comité Directeur s’est tenu hier, jeudi 9 avril, pour élire son Président et son Trésorier. Nous vous annonçons donc que, Marie Masmonteil (Elzévir Films) a été réélue Présidente du SPI Richard Magnien (Mat Films) a été réélu Trésorier du SPI Les présidences des collèges Cinéma Long métrage, (...)

    • Lire la suite
    • Festival de Clermont-Ferrand 2014 : le SPI salue la vitalité de la création cinématographique de court métrage [11-02-2014]
    • À l’occasion de la clôture du 36e festival de court métrage de Clermont-Ferrand, le SPI tient à féliciter l’ensemble des ses adhérents sélectionnés, et tout particulièrement pour leurs prix : Envie de Tempête Productions pour « Inupiluk » de Sébastien Betbeder · Prix du Public · Prix Procirep du Producteur Les Films de la Croisade pour « La Fugue » de Jean-Bernard Marlin · Prix ADAMI d’Interprétation à Adel Bencherif · Prix de la Presse Télérama Les Films Velvet pour « (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué ROC: "Quelle volonté politique autour du court métrage en 2014 ?" [5-02-2014]
    • Le Festival de Clermont-Ferrand représente une date essentielle pour le secteur du court métrage, tant au niveau de la fréquentation du public que de la présence des professionnels du monde entier. Le ROC déplore donc que, pour la première fois depuis de nombreuses années, la Ministre de la Culture et de la Communication et la Présidente du CNC soient absentes de cet événement. En outre, depuis leurs prises de fonction, les professionnels du court métrage ne sont pas parvenus à les rencontrer, en (...)

    • Lire la suite
    • Netflix doit s’engager à respecter la réglementation française concernant le cinéma et l’audiovisuel (API, SPI, UPF) [3-02-2014]
    • L’Association des Producteurs Indépendants (API), le Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI), et l’Union des Producteurs de Films (UPF) ont pris connaissance avec la plus grande attention des déclarations d’intention de Netflix visant le territoire français. Ils rappellent avec la plus ferme conviction leur soutien déterminé à la position affirmée par la Ministre de la Culture et de la Communication : tout opérateur, où que soit son siège social, doit être soumis au respect des lois françaises si (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Les 50 propositions du SPI aux candidats à l’élection présidentielle de 2012 [14-02-2012]

PRÉFACE

L’année 2012 s’annonce cruciale pour notre secteur. Dans un contexte de crise économique particulièrement grave où les questions liées à la culture et à la place de l’audiovisuel et du cinéma semblent devenir de plus en plus accessoires, une échéance électorale majeure va intervenir à un moment où les bouleversements technologiques suggèrent une remise à plat de nos mécanismes de régulation.

Alors que le cinéma en France a connu une année exceptionnelle, avec plus de 210 millions d’entrées en salle, un chiffre qui n’avait pas été atteint depuis 1967, et des résultats dans les festivals qui consacrent l’audace et la diversité des talents qui seront peut-être couronnés par un film 100 % français victorieux aux Oscar américains, nous assistons à un séisme sans précédent dû à l’apparition du numérique, qui vient de se manifester par la disparition brutale de tout un pan des industries techniques causée par la faillite du groupe Quinta Industries, qui avait notamment repris le laboratoire LTC créé en 1930.

Ce tremblement de terre n’est peut-être que le signe avant-coureur d’une profonde remise en question des mécanismes qui régulent notre système de production désormais attaqués de toutes parts.

Notre pays dispose depuis 1946 d’un système de financement du cinéma et de la production audiovisuelle exemplaire, qui a su s’adapter aux évolutions de la création et de la diffusion et qui a permis le maintien de la diversité culturelle sur nos écrans.

Ce système repose sur un principe simple, constamment réaffirmé : la diffusion finance la création. En d’autres termes, le cinéma et la production audiovisuelle sont financés par « ceux qui les regardent », à travers les différents écrans mis à leur disposition. Il s’agit donc d’un modèle vertueux puisque ce n’est pas le contribuable qui finance la création mais bien le spectateur. À travers cette logique simple, chaque nouvel écran doit, par des mécanismes appropriés, contribuer à son tour au financement de la création.

Ce système fonctionnait plutôt bien dans le cadre d’un modèle relativement fermé avec un nombre d’écrans facile à contrôler et à réguler. Avec la percée du numérique et la multiplication des écrans et des modes de consommation des oeuvres, à travers notamment les plateformes VOD et surtout l’arrivée sur le marché des télévisions connectées, ce sont le financement, la fabrication et l’exposition des oeuvres qui se trouvent radicalement transformés ainsi que le rapport du spectateur/internaute/consommateur aux oeuvres.

Libérés des contraintes des chaînes, c’est en effet désormais le principe ATAWAD qui domine (Any Time, Any Where, Any Device…) dans le mode d’accès des spectateurs aux oeuvres cinématographiques et audiovisuelles.

Toujours plus de diffuseurs, toujours plus d’écrans, toujours plus de flexibilité, toujours plus de convergence, toujours plus de choix… Toujours moins de contraintes ?

En rupture avec plus de 60 années de réflexion et de régulation (le CNC a fêté en 2011 ses 65 ans…) afin de faire entrer tous les « tuyaux » les uns après les autres dans les cercles vertueux du financement de la création, de multiples voix s’élèvent désormais pour remettre en question l’exception culturelle à la française, qui paraît pour certains, ringarde et dépassée.

Le rapport sur la télévision connectée rendu en novembre 2011, le livre de Philippe Bailly au titre explicite (« Pour en finir avec l’exception culturelle ») et le Livre vert sur la distribution en ligne d’oeuvres audiovisuelles dans l’Union Européenne prônent tous la même solution : face à l’illusion de lignes Maginot et face à l’essor des télévisions connectées, des SMAD et des nouveaux acteurs puissants issus de l’internet , il n’y aurait qu’un mot d’ordre : DÉRÉGULER !!

En laissant la « main invisible » du marché faire son office, dans un contexte de concurrence internationale implacable dominée de plus en plus par des acteurs issus de l’internet tous extra-communautaires et principalement américains, il n’y aurait qu’un seul rempart, le CNC dans un rôle régulateur consenti a minima à travers les seuls mécanismes du Cosip et du Fonds de soutien dont l’assiette tendrait à se réduire.

Pour notre syndicat toutes ces tentatives de dérégulation sonnent comme des capitulations.

La réponse des acteurs historiques à la multiplication des écrans et à l’offensive des acteurs puissants issus de l’internet passe par la création de marques et d’univers forts, de programmes différenciés et attractifs, susceptibles d’être produits grâce à une pépinière de talents issue d’un vivier créatif dynamique et professionnel constitué par des producteurs indépendants. Ce système n’a pu perdurer que grâce à une régulation intelligente et adaptée aux évolutions du secteur, toujours soucieuse des grands équilibres et de l’interdépendance entre « contenus » et « tuyaux ».

À une époque où les échéances politiques et économiques sont cruciales, nous réaffirmons auprès des politiques les valeurs qui ont toujours été celles du SPI : foi en la création et dans le lien essentiel entre producteurs et auteurs, conviction que le secteur de l’audiovisuel n’est pas un secteur marchand comme un autre, réaffirmation de la place centrale occupée par la production indépendante et certitude que la diversité culturelle ne doit pas capituler devant la menace d’une production mainstream aussi stéréotypée et interchangeable qu’une chaîne de cafés Starbucks.

C’est tout le sens de ce document qui, dans un esprit constructif et prospectif, tente de répondre par des propositions concrètes aux grands enjeux de notre secteur et à poursuivre sans complexe le travail incessant permettant à la diversité culturelle française et européenne de trouver sa juste place au service de spectateurs, davantage considérés comme des citoyens que comme des consommateurs.

Marie Masmonteil
Présidente du SPI


  • les-50-proposi (...)
    • 14-04-2014
    • Rapport de la Cour des Comptes intitulé « La Politique de soutien à la Production cinématographique et audiovisuelle" Certains constats partagés, des recommandations globalement inadaptées
    • La lecture de l’épais rapport remis par la Cour des Comptes au Gouvernement et aux parlementaires laisse la profession perplexe. Si, par une approche naturellement comptable, certains constats sur l’état du secteur peuvent en effet être corroborés par les chiffres issus du CSA ou du CNC, les recommandations formulées ne manquent pas de nous alarmer et ne peuvent à elles seules, constituer les axes de développement d’une politique culturelle publique ambitieuse, essentielle au fonctionnement (...)

    • Lire la suite
    • 11-04-2014
    • Comité Directeur du SPI 2014
    • Lors de l’Assemblée Générale du 31 mars dernier, les membres du SPI ont procédé aux élections de renouvellement de son Comité Directeur (Présidents et membres des bureaux des trois collèges de producteurs). Le nouveau Comité Directeur s’est tenu hier, jeudi 9 avril, pour élire son Président et son Trésorier. Nous vous annonçons donc que, Marie Masmonteil (Elzévir Films) a été réélue Présidente du SPI Richard Magnien (Mat Films) a été réélu Trésorier du SPI Les présidences des collèges Cinéma Long métrage, (...)

    • Lire la suite
    • 11-02-2014
    • Festival de Clermont-Ferrand 2014 : le SPI salue la vitalité de la création cinématographique de court métrage
    • À l’occasion de la clôture du 36e festival de court métrage de Clermont-Ferrand, le SPI tient à féliciter l’ensemble des ses adhérents sélectionnés, et tout particulièrement pour leurs prix : Envie de Tempête Productions pour « Inupiluk » de Sébastien Betbeder · Prix du Public · Prix Procirep du Producteur Les Films de la Croisade pour « La Fugue » de Jean-Bernard Marlin · Prix ADAMI d’Interprétation à Adel Bencherif · Prix de la Presse Télérama Les Films Velvet pour « (...)

    • Lire la suite
    • 5-02-2014
    • Communiqué ROC : "Quelle volonté politique autour du court métrage en 2014 ?"
    • Le Festival de Clermont-Ferrand représente une date essentielle pour le secteur du court métrage, tant au niveau de la fréquentation du public que de la présence des professionnels du monde entier. Le ROC déplore donc que, pour la première fois depuis de nombreuses années, la Ministre de la Culture et de la Communication et la Présidente du CNC soient absentes de cet événement. En outre, depuis leurs prises de fonction, les professionnels du court métrage ne sont pas parvenus à les rencontrer, en (...)

    • Lire la suite
    • 3-02-2014
    • Netflix doit s’engager à respecter la réglementation française concernant le cinéma et l’audiovisuel (API, SPI, UPF)
    • L’Association des Producteurs Indépendants (API), le Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI), et l’Union des Producteurs de Films (UPF) ont pris connaissance avec la plus grande attention des déclarations d’intention de Netflix visant le territoire français. Ils rappellent avec la plus ferme conviction leur soutien déterminé à la position affirmée par la Ministre de la Culture et de la Communication : tout opérateur, où que soit son siège social, doit être soumis au respect des lois françaises si (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 40, rue Louis Blanc - 75010 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40