En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt [12-12-2017]
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • Faire taire de dangereuses rumeurs [8-12-2017]
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément [8-12-2017]
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles [22-11-2017]
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique ! [22-11-2017]
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Lettre ouverte aux sénateurs : Objet : Loi création : amendements relatifs à la production indépendante [4-02-2016]

Paris, le 29 janvier 2016

Objet : Loi création : amendements relatifs à la production indépendante.

Mesdames les Sénatrices, Messieurs les Sénateurs,

Le débat public sur le projet de loi relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine s’ouvrira le 9 février prochain au Sénat. La Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication a adopté les amendements du rapporteur du texte, Monsieur Jean-Pierre Leleux, qui font brutalement intervenir dans ce projet de loi, la question des relations entre producteurs indépendants et éditeurs de services de télévision.

Outre le risque constitutionnel, ces amendements auraient pour résultat de détruire les fondamentaux du paysage audiovisuel français et la construction d’un tissu d’entreprises de production indépendantes depuis 30 ans.

Ils visent à augmenter la part de production interne des chaînes et surtout à vider de tout son sens la notion d’entreprise de production indépendante.

Cette double mesure favoriserait irrémédiablement le pouvoir de coercition des grands groupes éditeurs de services de télévision organisés au sein d’un marché oligopolistique.

Elle vise surtout clairement à favoriser via la loi, une OPA de large ampleur sur tout un tissu d’entreprises indépendantes créatrices d’œuvres à haute valeur patrimoniale et qui génèrent de nombreux emplois.

Ces entreprises ne fabriquent pas de simples produits industriels mais des œuvres audiovisuelles. La production d’œuvres audiovisuelles à dimension culturelle n’est pas une activité industrielle comme une autre. Les sociétés de production audiovisuelle sont les garantes de la diversité et de la liberté de création et accomplissent une mission essentielle au bon fonctionnement démocratique qui nécessite la plus grande précaution en terme de régulation.

Jour après jour, ces entreprises démontrent en France comme à l’international, leur capacité à faire rayonner la culture française. Les trois principaux prix des derniers Emmy Awards internationaux ont ainsi été décernés à des œuvres françaises produites par des producteurs indépendants. Les cinq prix remportés par la France la semaine dernière au Festival international des programmes audiovisuels de Biarritz, l’ont tous été par des producteurs indépendants de documentaires. La fiction française enchaîne depuis plusieurs mois à nouveau des performances d’audience tout à fait exceptionnelles. L’animation française est le numéro deux mondial du secteur et a démontré une créativité et un savoir-faire que le monde entier nous envie, tout comme en spectacle vivant.

Pour quelle raison le législateur voudrait-il donc rayer de la carte cette production indépendante performante pour faire place nette aux filiales de chaînes ? Qu’ont-elles démontré ces dernières années ? Qu’ont-elles fait dans les programmes de flux, où elles ont eu de tout temps la possibilité de développer leur outil de production, sinon adapter des formats étrangers ou s’approvisionner auprès de fournisseurs anglo-saxons ?

A qui fera-t-on croire que la règlementation française handicape la croissance des grands groupes audiovisuels ? TF1 n’a-t-il pas racheté Newen ? Et Canal Plus n’est-il pas entré au capital de Banijay et Zodiak ?

Le dépôt de ces amendements est d’autant plus regrettable que des négociations sont en cours avec les principaux diffuseurs privés, dans la continuité de l’accord que nous avons signé avec France Télévisions le 10 décembre dernier.

Or, ces amendements se proposent de contourner la négociation interprofessionnelle pour ne servir les intérêts que des actionnaires des grands groupes privés.

Mesdames les Sénatrices, Messieurs les Sénateurs, la production indépendante est présente tous les jours sur vos territoires. Elle les met en scène, les fait découvrir, les explique aux français au travers de fictions, de documentaires, de séries d’animation ou de captations de spectacle vivant. Elle y fait travailler plus de 100 000 techniciens, comédiens, auteurs, réalisateurs et journalistes, sur les plateaux de tournage ou dans les studios de dessins animés, offrant des débouchés professionnels à des milliers de jeunes.

Ces amendements mettent en danger la pérennité du tissu d’entreprises indépendantes et au-delà l’ensemble de la filière créative et technique du secteur audiovisuel qu’elles font travailler. Votre soutien sera crucial et précieux.

Les syndicats signataires de l’accord du 10 décembre 2015 avec France Télévisions :

Christian GERIN, Président du SATEV

Philippe ALESSANDRI, Président du SPFA

Emmanuel PRIOU, Président Audiovisuel du SPI

Thomas ANARGYROS, Président de l’USPA


  • lettre_ouverte (...)
    • 12-12-2017
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Faire taire de dangereuses rumeurs
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique !
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40