En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt [12-12-2017]
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • Faire taire de dangereuses rumeurs [8-12-2017]
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément [8-12-2017]
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles [22-11-2017]
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique ! [22-11-2017]
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Pour une création originale et pérenne du documentaire [22-06-2011]

Conférence de presse du SPI :

Pour une création originale et pérenne du documentaire

22 juin 2011
Sunny side of the doc

Le syndicat des producteurs indépendants qui regroupe plus de 350 entreprises de production indépendantes a dressé depuis plusieurs mois déjà le constat d’une diminution des financements de la création audiovisuelle depuis le recentrage sur les oeuvres patrimoniales opéré par la réforme des décrets dits “Tasca”. Depuis 2009, ce sont 116 millions d’euros en moins qui ont été injectés par les chaînes numériques dans la production audiovisuelle.

Quant au secteur documentaire il se porte plutôt bien en volume, puisque la dernière étude publiée le 20 juin dernier par le CNC constate sur l’année 2010 une progression de 10% en volume et une progression de 14% des devis de production.
Cette bonne tendance est toutefois à relativiser car près de la moitié de ce volume est financé par des chaînes thématiques et locales (c’est à dire plus de 1200 heures). Cela signifie que la moitié du marché du documentaire français se finance au travers de micro apports et s’inscrit ainsi dans une économie très précaire. Dans cette production plus que sous-financée existe toute la diversité des formes documentaires et en particulier les documentaires à fort regard d’auteur qui trouvent aujourd’hui un espace de diffusion principalement sur les télévisions locales.

Si l’augmentation du volume de documentaire est attribué en partie à l’intérêt des chaînes de la TNT pour le genre il faut toutefois rappeler qu’elles ne participent au financement de la production inédite qu’à hauteur de 1% (ce qui représente la moitié de l’investissement des chaînes locales) bien qu’elles captent 25% de l’audience de la TNT (même si ce constat est inégalement partagé entre les différentes chaînes ; certaines faisant le pari de l’investissement dans la production patrimoniale).

Il convient d’ajouter à ce constat la prédominance du documentaire de société (plus de 46% de la production audiovisuelle aidée de documentaire) ; les autres genres représentant respectivement 8% pour le genre géographie et voyage, plus de 6,5% pour le genre ethnologie/sociologie et environnement/nature et 6,5% pour le genre spectacle vivant.
Ceci confirme le phénomène de mimétisme et d’uniformisation des écritures ressenti par les producteurs et les auteurs. Les créateurs regrettent un manque de liberté pour proposer des écritures nouvelles et libres laissant une marge réduite à la prise de risque si essentielle au renouvellement de la création. Cette dernière est-elle vraiment incompatible avec les logiques de marque et d’audience ?

Le SPI a fait un certain nombre de propositions à la mission confiée par le Ministre de la Culture et de la Communication à Madame Lamour, Monsieur Gordey, Monsieur Pinsky et Monsieur Perrin :
-  un rendez-vous fortement identifié autour d’une offre documentaire “libre parcours” capable de surprendre le téléspectateur. Il s’agirait d’un espace de prestige pour des documentaires achetés et fortement labellisés “création”
-  un système d’aide après realisation pour des films reconnus en festivals mais aux financements précaires ou incomplets.
-  Des durées de droits proportionnelles aux investissements réalisés par les différents diffuseurs
-  Un assouplissement du seuil d’accès au crédit d’impôt qui pourrait être abaissé à 1500 euros la minute au lieu de 2333 euros.

Les producteurs du SPI veulent pouvoir continuer à prendre des risques artistiques et financiers, ont la volonté de faire vivre le patrimoine documentaire qu’ils produisent et de se placer en pleine responsabilité vis à vis de leurs ayant-droits dans le contexte de l’exploitation numérique des oeuvres. C’est pourquoi le SPI soutient l’ARECOA, association fondée par des producteurs audiovisuels dont l’objet est le développement d’un outil facilitant la reddition des comptes aux ayants droits.

Contact Presse :

Juliette Prissard-Eltejaye
06 07 33 31 99

Syndicat des Producteurs Indépendants
40, rue Louis Blanc – 75010 PARIS


  • communique_pre (...)
    • 12-12-2017
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Faire taire de dangereuses rumeurs
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique !
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40