En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

SITE EN RECONSTRUCTION

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Le SPI change d’adresse à compter du 8 novembre 2010 [28-10-2010]
    • Le Syndicat des Producteurs Indépendants va déménager. Nous informons l’ensemble de nos interlocuteurs qu’à compter du 8 novembre 2010, le SPI sera officiellement dans ses nouveaux locaux au :

    • Lire la suite
    • Communiqué des signataires de la Convention collective de la Production audiovisuelle [26-10-2010]
    • L'Union Syndicale de la Production Audiovisuelle (USPA) Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI) Syndicat des Producteurs et Créateurs de Télévision (SPECT) Association Française des Producteurs de Films (AFPF) Union Syndicale de la Production ont rédigé un communiqué de presse visant à dénoncer la procédure lancée par le SNTPCT.

    • Lire la suite
    • HADOPI et sa mise en oeuvre [12-10-2010]
    • Le BLOC réaffirme son soutien le plus fort à la mise en oeuvre de l’action de la HADOPI.

    • Lire la suite
    • L’APC ET LE SPI S’ETONNENT ET CONTESTENT LA POSITION DU CSA SUR LE PROJET DE DECRET RELATIF AUX SERVICES DE MEDIAS AUDIOVISUELS A LA DEMANDE [8-10-2010]
    • L’Association des Producteurs de Cinéma (APC) et le Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI) s’étonnent de la position prise par le CSA à l’encontre du projet de décret relatif aux Services de Medias Audiovisuels à la Demande (SMAD) et la contestent. Cette position est à l’évidence en contradiction avec la mission confiée au CSA par la loi, qui n’est pas de transformer les SMAD en Services de Médias Audiovisuels Dérégulés.

    • Lire la suite
    • Nouvelle concentration du secteur audiovisuel [1-10-2010]
    • Le Comité de liaison SATEV – SEDPA – SPI déplore la décision d’Orange, de céder en partie les chaînes du bouquet Orange Cinéma Série au groupe Canal plus.

    • Lire la suite
  • ... | 240 | 245 | 250 | 255 | 260 | 265 | 270 | 275 | 280 | 285

Pour une création originale et pérenne du documentaire [22-06-2011]

Conférence de presse du SPI :

Pour une création originale et pérenne du documentaire

22 juin 2011
Sunny side of the doc

Le syndicat des producteurs indépendants qui regroupe plus de 350 entreprises de production indépendantes a dressé depuis plusieurs mois déjà le constat d’une diminution des financements de la création audiovisuelle depuis le recentrage sur les oeuvres patrimoniales opéré par la réforme des décrets dits “Tasca”. Depuis 2009, ce sont 116 millions d’euros en moins qui ont été injectés par les chaînes numériques dans la production audiovisuelle.

Quant au secteur documentaire il se porte plutôt bien en volume, puisque la dernière étude publiée le 20 juin dernier par le CNC constate sur l’année 2010 une progression de 10% en volume et une progression de 14% des devis de production.
Cette bonne tendance est toutefois à relativiser car près de la moitié de ce volume est financé par des chaînes thématiques et locales (c’est à dire plus de 1200 heures). Cela signifie que la moitié du marché du documentaire français se finance au travers de micro apports et s’inscrit ainsi dans une économie très précaire. Dans cette production plus que sous-financée existe toute la diversité des formes documentaires et en particulier les documentaires à fort regard d’auteur qui trouvent aujourd’hui un espace de diffusion principalement sur les télévisions locales.

Si l’augmentation du volume de documentaire est attribué en partie à l’intérêt des chaînes de la TNT pour le genre il faut toutefois rappeler qu’elles ne participent au financement de la production inédite qu’à hauteur de 1% (ce qui représente la moitié de l’investissement des chaînes locales) bien qu’elles captent 25% de l’audience de la TNT (même si ce constat est inégalement partagé entre les différentes chaînes ; certaines faisant le pari de l’investissement dans la production patrimoniale).

Il convient d’ajouter à ce constat la prédominance du documentaire de société (plus de 46% de la production audiovisuelle aidée de documentaire) ; les autres genres représentant respectivement 8% pour le genre géographie et voyage, plus de 6,5% pour le genre ethnologie/sociologie et environnement/nature et 6,5% pour le genre spectacle vivant.
Ceci confirme le phénomène de mimétisme et d’uniformisation des écritures ressenti par les producteurs et les auteurs. Les créateurs regrettent un manque de liberté pour proposer des écritures nouvelles et libres laissant une marge réduite à la prise de risque si essentielle au renouvellement de la création. Cette dernière est-elle vraiment incompatible avec les logiques de marque et d’audience ?

Le SPI a fait un certain nombre de propositions à la mission confiée par le Ministre de la Culture et de la Communication à Madame Lamour, Monsieur Gordey, Monsieur Pinsky et Monsieur Perrin :
-  un rendez-vous fortement identifié autour d’une offre documentaire “libre parcours” capable de surprendre le téléspectateur. Il s’agirait d’un espace de prestige pour des documentaires achetés et fortement labellisés “création”
-  un système d’aide après realisation pour des films reconnus en festivals mais aux financements précaires ou incomplets.
-  Des durées de droits proportionnelles aux investissements réalisés par les différents diffuseurs
-  Un assouplissement du seuil d’accès au crédit d’impôt qui pourrait être abaissé à 1500 euros la minute au lieu de 2333 euros.

Les producteurs du SPI veulent pouvoir continuer à prendre des risques artistiques et financiers, ont la volonté de faire vivre le patrimoine documentaire qu’ils produisent et de se placer en pleine responsabilité vis à vis de leurs ayant-droits dans le contexte de l’exploitation numérique des oeuvres. C’est pourquoi le SPI soutient l’ARECOA, association fondée par des producteurs audiovisuels dont l’objet est le développement d’un outil facilitant la reddition des comptes aux ayants droits.

Contact Presse :

Juliette Prissard-Eltejaye
06 07 33 31 99

Syndicat des Producteurs Indépendants
40, rue Louis Blanc – 75010 PARIS


  • communique_pre (...)
    • 14-12-2018
    • Le BLOC salue le renforcement du partenariat entre OCS et le cinéma français
    • Le BLOC salue la signature d’un nouvel accord interprofessionnel entre OCS et les organisations professionnelles du cinéma. Cet accord, d’une durée de 3 ans, renforce les engagements d’OCS en faveur du cinéma européen et français, pour un montant de 125 millions d’euros sur trois ans. Dans une logique vertueuse, il prend en compte à la fois la spécificité du modèle d’OCS, le contexte concurrentiel de la télévision payante, et l’évolution des secteurs de la production et de la distribution (...)

    • Lire la suite
    • 13-12-2018
    • Accès transfrontière aux contenus en ligne : la production française salue une directive équilibrée et un nouveau cadre sécurisé
    • Communiqué de presse – Paris, le 13 décembre 2018 Accès transfrontière aux contenus en ligne : la production française salue une directive équilibrée et un nouveau cadre sécurisé Les producteurs français d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles saluent le compromis politique trouvé ce jour sur le projet de directive venant moderniser la directive « câble et satellite » de 1993. Cette nouvelle directive facilite la retransmission linéaire des chaînes de télévision sur les différentes plateformes en (...)

    • Lire la suite
    • 6-12-2018
    • « Plan de décroissance au CNC »
    • Le SPI exprime sa plus vive inquiétude après l’adoption d’un plan d’économies du CNC par son Conseil d’Administration du 29 novembre 2018. Ce plan est prévu sur deux exercices, 2019 et 2020, et il est inédit par son ampleur puisque ce n’est pas moins de 30 millions d’économies qui sont demandés à la seule production audiovisuelle. Au total, cela représente près de 12% du soutien que le Centre apporte aux œuvres audiovisuelles, tous les genres aidés seront par conséquent très fortement impactés. Le SPI (...)

    • Lire la suite
    • 4-12-2018
    • L’Europe doit résister au chantage de Google et YouTube
    • Depuis plusieurs semaines, Google et YouTube mènent une campagne de désinformation massive et sans précédent contre la directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique qui est aujourd’hui en discussion au niveau européen. Les puissants moyens utilisés par ces entreprises pour défendre leurs seuls intérêts sont basés sur la manipulation des utilisateurs, des vidéastes influents et des jeunes. C’est inacceptable. Google et YouTube franchissent de nouveau une ligne rouge en abusant de leur (...)

    • Lire la suite
    • 23-11-2018
    • La production cinématographique des films de la diversité en danger : les syndicats de producteurs appellent à la responsabilité de chacun
    • Les négociations sur la reconduction du dispositif de la convention collective en faveur des films de la diversité engagées depuis plus d’un an n’aboutissent pas. Les organisations de producteurs appellent à la signature d’un accord de méthode pour favoriser les négociations et préserver les films en écriture. La convention collective de la production cinématographique est le pacte social du secteur. Elle définit les conditions dans lesquelles les producteurs, réalisateurs, techniciens et artistes (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40