En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Financement de l’Audiovisuel public : la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale montre la voie de la réforme [16-11-2017]
    • La Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale a adopté la semaine dernière le rapport pour avis de la mission médias, livres et industries culturelles et avances à l’audiovisuel public des députées Frédérique Dumas et Béatrice Piron (LREM). L’ARP, le BLOC, la Guilde des scénaristes, le Groupe 25 images, la SACD, le SATEV, la SCAM, le SPECT, le SPFA, le SPI, l’USPA souhaitent apporter leur soutien aux principales conclusions de ce rapport sérieux et approfondi qui (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC appelle les pouvoirs publics à agir à la suite de la décision du Conseil constitutionnel sur la TST-E (taxe sur les éditeurs de services de télévision) [6-11-2017]
    • Les organisations membres du Bureau de liaison des organisations du cinéma (BLOC) ont pris acte de la décision rendue vendredi dernier par le Conseil constitutionnel de déclarer inconstitutionnelle une partie du texte instituant la taxe perçue par le CNC et acquittée par les chaînes de télévision sur leurs recettes publicitaires (TST-E). Elles saluent la sagesse du Conseil d’avoir reporté les effets de sa décision au 1er juillet 2018, afin de permettre aux pouvoirs publics de sécuriser la taxe pour (...)

    • Lire la suite
    • Décision du Conseil constitutionnel sur la taxe sur les services de télévision affectée au CNC : éviter le pire [30-10-2017]
    • Le SPI prend connaissance ce jour de la décision du Conseil constitutionnel, censurant la taxe sur les services de télévision (TST-E) affectée au CNC et du sage aménagement reportant l’effet de cette décision à juillet 2018 afin de permettre au législateur de régulariser les dispositions contestées. Une application immédiate aurait mis gravement en péril le CNC, reconnu dans le monde entier comme le modèle français du soutien au cinéma et à l’audiovisuel. Ses aides, ses interventions stratégiques (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC appelle Canal Plus à ne pas se tromper d'adversaire et à renforcer son partenariat avec le cinéma français dans sa diversité [27-10-2017]
    • Les organisations membres du Bureau de liaison des organisations du cinéma (BLOC) expriment leur étonnement et leur désaccord à la lecture de l’interview de Maxime Saada, Directeur général du groupe Canal Plus, dans le Figaro d’aujourd’hui. Il y est indiqué que face à une situation financière tendue et surtout à l’émergence de Netflix, d’Amazon et d’Altice Studio, qui n’ont signé aucune obligation d’investissement dans le cinéma, « coup Canal + a décidé de remettre à plat ses relations avec le cinéma », en (...)

    • Lire la suite
    • ARP-BLOC-SACD-SCAM-USPA-SPFA-SPI : Financement de France Télévisions : une marche en arrière inquiétante [20-10-2017]
    • L’ARP, le BLOC, la SACD, la SCAM, le SPFA, le SPI et l’USPA sont surpris et déçus par la décision du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale de retoquer l’amendement déposé et voté en Commission des finances la semaine passée pour abonder les ressources de France Télévisions de 20 millions d’€ supplémentaires. Alors qu’un effort de près de 50 millions d’€ a été demandé à France Télévisions dans le projet de loi de finances, le rapporteur général du budget, Joël Giraud, et la députée Frédérique (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

ROC : Le court métrage engagé dans deux réflexions d’avenir : l’accompagnement de l’écriture et la diffusion des œuvres sur internet [16-12-2016]

Le Regroupement des Organisations du Court réunit l’ensemble des acteurs de la filière du court métrage – auteurs-réalisateurs, producteurs, diffuseurs, organisateurs de festivals, artistes-interprètes et acteurs de la démocratisation culturelle – avec pour objectif d’assurer la pérennité et la diversité de la production et de la diffusion des œuvres de format court.

La journée professionnelle organisée ce jeudi 15 décembre, à l’occasion de la « Fête du court métrage », a permis au ROC d’aborder deux sujets d’actualité de la profession : l’écriture du court métrage et son accompagnement, et la diffusion des films courts sur internet.

La récente réforme du court métrage a permis de moderniser les dispositifs de soutien à l’écriture, par la création de « bourses de résidences » au CNC, au bénéfice des auteurs de premiers et deuxièmes courts métrages, et dans le sens d’une « plus grande progressivité des aides » du CNC (Julien Neutres). Cette nouvelle dynamique enclenchée par le CNC était l’occasion pour le ROC de dresser un état des lieux et de réfléchir aux perspectives de l’écriture de court métrage en France. Richard Sidi a rappelé en introduction la grande diversité des acteurs de l’accompagnement de l’écriture, qui ont offerts à de nombreux auteurs la possibilité de se former et de faire leurs premières armes dans leur processus de création. Il a également été rappelé le rôle essentiel du producteur, premier interlocuteur de l’auteur dans ce moment qui est à la fois le plus long, le plus essentiel et le moins aidé de la chaîne de production (Pierre-Yves Jourdain). De la « Maison du film court » au premier film réalisé avec le GREC, jusqu’aux résidences d’écriture – où l’auteur a idéalement pleinement le temps et les moyens de se consacrer à son projet (Xavier Kawa-Topor) –, c’est toute une chaîne d’acteurs associatifs, qui accompagnent l’émergence de nouveaux auteurs, aux côtés des producteurs. Ces initiatives sont essentielles et doivent être mieux valorisées par les pouvoirs publics. Cependant, comme l’a rappelé Aude Léa Rapin, les besoins des auteurs de courts métrages ne s’expriment pas qu’en termes de formation et d’accompagnement, mais également, d’un point de vue professionnel, en termes de rémunération de l’écriture du scénario. Il est l’outil indispensable au financement, et à la réalisation du film. Comme l’a rappelé Cécile Vargaftig, « il faut intégrer pleinement le scénario à la chaîne de fabrication du film ». Jérôme Parlange a rappelé l’engagement de nombreuses collectivités territoriales aux côtés des créateurs, par l’existence d’aides à l’écriture, de bureaux des auteurs, ou l’invention de dispositifs nouveaux d’accompagnement – cet engagement volontariste auprès de la création n’étant pourtant plus abondé par le CNC au titre du 1€ pour 2€, en dehors de la mise en place de résidences.

La deuxième table ronde de la journée se voulait prospective, en abordant les problématiques de la diffusion des films courts sur internet. Comme l’a montré Caroline Guigay, internet a fait fortement évoluer les standards de durée et le mot « court métrage » ne veut pas dire la même chose pour tout le monde. Comment affirmer la légitimité et la visibilité du court métrage dans un univers de vidéos virales amateures et de tutoriels ? (Emmanuel-Alain Raynal). Dans le monde tumultueux d’internet, de nouvelles initiatives à forte dimension éditoriale voient le jour : comme Tënk, Mubi ou la nouvelle formule de Bref . Le court métrage a par nature besoin de cette forte éditorialisation, comme l’a montré Florence Keller, car il est par nature la frange de création méconnue, et ignorée du référencement des algorithmes et des moteurs de recherche. Les producteurs ne sont pas en reste, mettant pour certains à disposition du public leur catalogue, en VOD payantes à l’acte. Internet s’inscrit ainsi dans une stratégie de valorisation des catalogues. Ces nouveaux outils ont modifié nos rapports à la diffusion des films, les rendant plus complexes mais plus volatiles, comme l’a montré Pauline Ginot. Les auteurs des films se félicitent de telles avancées, allant dans le sens d’une meilleure visibilité des films dans le temps. L’Accord sur la recherche d’une exploitation suivie des œuvres, signée il y a quelques semaines, encourage en effet à une plus grande mise à disposition des œuvres, notamment sur internet. Cependant, les logiques d’internet posent des questions vertigineuses pour notre secteur et pour le maintien de la diversité culturelle (Marie Amachoukeli). Ces plateformes n’offrent pas de modèle de financement de la création, comme les diffuseurs et partenaires historiques du secteur. De leur côté, les chaînes de télévision ont adapté leur modèle de diffusion face à cette donnée, en développant notamment la télévision de rattrapage (Hélène Vayssières). Le nouveau territoire d’internet a donc besoin d’être aménagé en regard de l’ensemble de ces problématiques (Florence Keller). Les outils préexistants doivent pouvoir être mutualisés, au bénéfice de l’ensemble des acteurs de la filière du court métrage.

En conclusion, le ROC tient à remercier Xavier Leherpeur pour la modération, l’ensemble des intervenants et les 250 participants de ces tables rondes : ils ont montré par leur enthousiasme que le court métrage était toujours un espace particulièrement propice pour réfléchir aux grandes évolutions du secteur et aux politiques de soutien à la création, aux avant-postes des filières cinématographiques et audiovisuelles.

Le ROC demande à ce que les problématiques de l’écriture de court métrage soient envisagées de manière plus progressive par les politiques publiques – de l’émergence à la professionnalisation des auteurs-réalisateurs. Les associations qui œuvrent quotidiennement pour « rompre la solitude des auteurs », sur l’ensemble du territoire, doivent être mieux soutenues. Par ailleurs, conformément aux directives de la ministre de la Culture dans sa récente circulaire relatives au soutien des artistes dans le cadre de résidences, publiée à la suite des « Assises de le jeune création », le ROC demande que soient mises en place des rémunérations systématiques des auteurs accueillis dans ce cadre, sous forme de « bourses de résidences », sur l’exemple de ce qui existe pour les écrivains et le monde du livre. Le principe des résidences doit être développé sur le territoire, notamment à l’attention des auteurs de court métrage. Nous demandons également que l’ensemble des aides à l’écriture et au développement mises en œuvre par les collectivités territoriales, soient abondées par l’Etat dans le cadre du 1€ pour 2€. Il est en effet indispensable que les collectivités territoriales restent engagées dans ces politiques de soutien à la création, et épaulées dans ces politiques indispensables au renouvellement des talents et à la qualité du cinéma français.

Le chantier de « l’aménagement culturel du territoire d’internet » reste à mener, et nous souhaitons l’accompagnement des pouvoirs publics dans la structuration de ce secteur. La diversité culturelle doit être présente sur Internet et les règles qui régissent le monde linéaire doivent être pleinement adaptées aux services non linéaires. Pour cela, il est nécessaire de mieux soutenir les plateformes qui font un travail éditorial spécifique, notamment en soutenant le court métrage. Il est également nécessaire de mieux valoriser, dans les obligations par ailleurs très faibles de ces services, la diffusion et le financement du court métrage, afin que ces services participent à la création de valeur autour du court métrage, de façon complémentaire, et non concurrente, aux chaînes de télévision. Enfin, une meilleure accessibilité à ces offres doit être développée, notamment par le référencement des œuvres disponibles.




Paris, le 15 décembre 2016


Contact presse :
SPI – Cyril Smet – 01 44 70 70 44
SRF – Bénédicte Hazé – 01 44 89 99 70

    • 16-11-2017
    • Financement de l’Audiovisuel public : la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale montre la voie de la réforme
    • La Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale a adopté la semaine dernière le rapport pour avis de la mission médias, livres et industries culturelles et avances à l’audiovisuel public des députées Frédérique Dumas et Béatrice Piron (LREM). L’ARP, le BLOC, la Guilde des scénaristes, le Groupe 25 images, la SACD, le SATEV, la SCAM, le SPECT, le SPFA, le SPI, l’USPA souhaitent apporter leur soutien aux principales conclusions de ce rapport sérieux et approfondi qui (...)

    • Lire la suite
    • 6-11-2017
    • Le BLOC appelle les pouvoirs publics à agir à la suite de la décision du Conseil constitutionnel sur la TST-E (taxe sur les éditeurs de services de télévision)
    • Les organisations membres du Bureau de liaison des organisations du cinéma (BLOC) ont pris acte de la décision rendue vendredi dernier par le Conseil constitutionnel de déclarer inconstitutionnelle une partie du texte instituant la taxe perçue par le CNC et acquittée par les chaînes de télévision sur leurs recettes publicitaires (TST-E). Elles saluent la sagesse du Conseil d’avoir reporté les effets de sa décision au 1er juillet 2018, afin de permettre aux pouvoirs publics de sécuriser la taxe pour (...)

    • Lire la suite
    • 30-10-2017
    • Décision du Conseil constitutionnel sur la taxe sur les services de télévision affectée au CNC : éviter le pire
    • Le SPI prend connaissance ce jour de la décision du Conseil constitutionnel, censurant la taxe sur les services de télévision (TST-E) affectée au CNC et du sage aménagement reportant l’effet de cette décision à juillet 2018 afin de permettre au législateur de régulariser les dispositions contestées. Une application immédiate aurait mis gravement en péril le CNC, reconnu dans le monde entier comme le modèle français du soutien au cinéma et à l’audiovisuel. Ses aides, ses interventions stratégiques (...)

    • Lire la suite
    • 27-10-2017
    • Le BLOC appelle Canal Plus à ne pas se tromper d’adversaire et à renforcer son partenariat avec le cinéma français dans sa diversité
    • Les organisations membres du Bureau de liaison des organisations du cinéma (BLOC) expriment leur étonnement et leur désaccord à la lecture de l’interview de Maxime Saada, Directeur général du groupe Canal Plus, dans le Figaro d’aujourd’hui. Il y est indiqué que face à une situation financière tendue et surtout à l’émergence de Netflix, d’Amazon et d’Altice Studio, qui n’ont signé aucune obligation d’investissement dans le cinéma, « coup Canal + a décidé de remettre à plat ses relations avec le cinéma », en (...)

    • Lire la suite
    • 20-10-2017
    • ARP-BLOC-SACD-SCAM-USPA-SPFA-SPI : Financement de France Télévisions : une marche en arrière inquiétante
    • L’ARP, le BLOC, la SACD, la SCAM, le SPFA, le SPI et l’USPA sont surpris et déçus par la décision du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale de retoquer l’amendement déposé et voté en Commission des finances la semaine passée pour abonder les ressources de France Télévisions de 20 millions d’€ supplémentaires. Alors qu’un effort de près de 50 millions d’€ a été demandé à France Télévisions dans le projet de loi de finances, le rapporteur général du budget, Joël Giraud, et la députée Frédérique (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40