En partenariat avec
Mon espace

Actualités du SPI

Retrouvez nos derniers communiqués de presse dans cette rubrique

Le SPI regroupe environ 400 producteurs de l’audiovisuel et du cinéma, indépendants de tout opérateur de diffusion et de télécommunication.

La politique du SPI est définie par son Comité Directeur, composé d’une vingtaine de producteurs élus pour deux ans par l’ensemble des adhérents.

Présent dans l’ensemble des organisations, institutions et commissions du secteur, le SPI s’attache à défendre et promouvoir la liberté de création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques, la diversité des œuvres produites et l’indépendance des entreprises de production du secteur.

Le SPI - Syndicat des Producteurs Indépendants Syndicat des Producteurs Indépendants
Dernières actualités
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt [12-12-2017]
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • Faire taire de dangereuses rumeurs [8-12-2017]
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément [8-12-2017]
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles [22-11-2017]
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique ! [22-11-2017]
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite
  • 0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Les Producteurs du SPI s’engagent pour pointer les dangers des phénomènes de concentration actuellement constatés dans la diffusion des films, tant dans les plans de diffusion, que dans la structuration du parc de salles de cinéma, et appellent à ce que ces sujets soient traités dans les groupes de travail organisés par le CNC suite aux Assises du cinéma (Table ronde le 25 janvier 2013 organisée à Angers dans le cadre du Festival Premiers Plans). [28-01-2013]

Dans le cadre du Festival Premiers Plans d’Angers et quelques jours après les Assises du cinéma du Ministère de la Culture et de la Communication, le SPI a organisé une table ronde autour de deux thèmes essentiels à la vitalité et la diversité du secteur cinématographique :
- la concentration de lʼexposition des films en salles,
- le renforcement de la diversité du parc de salles de cinéma, notamment « art et essai » en France.

Ces sujets seront-ils traités dans les groupes de travail organisés par le CNC à la demande de la Ministre ?

Si le CNC ainsi que la profession peut se féliciter d’une production de films de long métrage toujours aussi diverse et importante (208 films d’initiative française produits en 2012), le SPI s’interroge sur l’accès de ces films aux salles cinématographiques.

En effet, la question de l’exposition des œuvres en salles de cinéma est devenu un enjeu central de diversité culturelle, et influe donc sur la structuration du paysage de la création cinématographique.

Les chiffres du CNC mettent en évidence une captation croissante des écrans par quelques films seulement : le nombre de films sortis sur plus de 200 copies a ainsi augmenté de 13 % de 2010 à 2011. Cette concentration chaque jour plus importante du fait de la numérisation récente des salles en France, a pour effet de questionner toute la politique d’encadrement du secteur et de soutien du CNC.

L’effet prescripteur de la salle sur toute la chaîne de diffusion est essentiel au financement et à la carrière d’un film. Chaque œuvre cinématographique doit avoir la possibilité d’être exposée en salles sur une durée et un nombre de salles suffisant permettant ainsi aux films les plus exigeants ou ayant des campagnes promotionnelles moins importantes de faire la carrière qu’ils méritent.

À l’heure où Madame Seyvet, Médiatrice du Cinéma, a rendu son avis sur les propositions dʼengagements de programmation pour 2013 et alors que le CNC négocie actuellement, notamment avec les circuits de salles, les engagements de programmation, le SPI demande aux pouvoirs publics et plus particulièrement au CNC de prendre en compte ses recommandations dès aujourd’hui.

C’est pourquoi, nous demandons :
- que les engagements soient substantiellement renforcés, notamment en faveur de la diversité des films proposés par les salles, et que les engagements en faveur des films de la diversité concernent les films sortis sur 10 copies Paris, et non plus sur 16 copies Paris.
- que les salles s’engagent à des expositions dans la durée,
- qu’aucune dérogation à ces engagements concernant la multi diffusion ne soit autorisée, contrairement à ce qui est possible aujourd’hui, et que celle-ci soit analysée de manière quotidienne et non plus hebdomadaire,
- que la diffusion du hors films soit strictement régulée, notamment par la mise en place de jours interdits, par la nécessité dʼun accord préalable et dʼune indemnisation du distributeur du film concerné par la déprogrammation,
- que le non-respect de ces engagements soit effectivement contrôlé et sanctionné,
- que des engagements soient pris concernant la diffusion gratuite de bandes annonces et autres matériels publicitaires,
- que des engagements soient pris concernant la diffusion de courts métrages,

Plus largement, une réflexion sur la diffusion des films doit être engagée permettant :
- que des définitions contractuelles préalables des conditions d’exploitation des films soient mises en œuvre et leur non-respect sanctionné,
- que la billetterie des salles de cinéma soit modernisée afin de permettre le suivi des engagements, ainsi quʼune plus grande précision de ces derniers,

En outre, depuis quelques années, de nombreuses autorisations d’installation de multiplexes ont été accordées (39 autorisations en 2011 contre 24 en 2010), mettant en danger le parc de salles indépendantes « art et essai » sur le territoire.

Cette politique de construction de grands établissements notamment hors des centres-villes inquiète le SPI ainsi qu’une grande partie du secteur. Comment préserver la diversité et le travail des salles art et essai dans ces conditions ? Qui sera en charge dans le futur de l’animation cinématographique des territoires ? Qui seront les passeurs d’images de demain auprès du public ?

Ce sujet, jamais abordé par les pouvoirs publics, doit devenir à enjeu sectoriel essentiel de politique publique et d’aménagement du territoire. Le SPI demande particulièrement à ce que Madame la Ministre et le CNC se saisissent de ce sujet et réfléchissent à un renversement de cette tendance lourde dommageable pour la diversité et l’action culturelle territoriale.

C’est pourquoi nous demandons :
- une réforme de la procédure d’autorisation de multiplexes : elle s’impose urgemment afin que la diversité de l’offre cinématographique proposée soit effectivement prise en compte dans la décision d’autoriser la construction d’un établissement cinématographique,
- une réflexion sur l’art et essai afin que le budget alloué aux salles classées soit significatif et incitatif. Une meilleure prise en compte de leur travail et de leur prise de risque doit être entreprise, faute de quoi leur militantisme en faveur de la diversité s’épuisera...

Ces sujets nous concernent (autant que le sous financement des œuvres, lʼamélioration de la transparence de la relation producteurs-distributeurs ou les dangers de l’extension de la convention collective signée par l’API) : la diffusion cinématographique doit demeurer dans une logique de soutien à la diversité du secteur.

L’exploitation cinématographique n’est pas un commerce comme les autres : c’est le premier acteur de lʼoffre culturelle territoriale.

Cette dimension est au coeur des missions du CNC. Ce dernier ne peut l’ignorer.

Nous tenions également à féliciter chaleureusement les producteurs du SPI récompensés à lʼoccasion de ce festival :
• « Mercredi films » pour « Je ne suis pas mort » de Medhi Ben Attia (Grand prix du jury, longs métrages français),
• « .Mille et Une. Films » pour « Les lendemains » de Bénédicte Pagnot (Prix du public, longs métrages français),
• « La vie est belle films associés » pour « Footing » de Damien Gault (Grand prix du jury, courts métrages français / Prix CCAS, courts métrages français),
• « Kazak Productions » pour « Zoo » de Nicolas Pleskof (Mention spéciale du Jury, courts métrages français) et « Simiocratie » de Nicolas Pleskof (Prix du public à un scenario de court métrage, lecture de scenarios),
• « Easy Tiger » pour « Américan Football » de Morgan Simon (Prix des bibliothécaires, courts métrages français)
• « 10:15 Productions » pour « Marseille la nuit » de Marie Monge (Prix dʼinterprétation masculine, courts métrages français)
• « En compagnie des Lamas » pour « Atlit » de Shirel Amitay (Prix du public à un scenario de long métrage, lecture de scenarios).

Ces films pourront-ils exprimer tout leur potentiel en salles ? C’est tout l’écosystème de notre secteur qui est ici questionné.

Enfin, le SPI remercie lʼensemble des participants à ce débat [1].


Contact :
Juliette Prissard-Eltejaye – Déléguée Générale
Syndicat des Producteurs Indépendants
01 44 70 70 44


  • cp_angers_2013 (...)
    • 12-12-2017
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt
    • Le SPI, la SRF, l’ACID, la SACD, la SCAM, DIRE, le SDI, la Guilde des Scénaristes et le SCA remercient l’ensemble des sénateurs pour le vote de l’amendement déposé par la Sénatrice Catherine Dumas visant à assurer un accès effectif des films de réalisateurs émergents au crédit d’impôt Pour un petit nombre de films souvent emblématiques en termes de création, l’application des règles d’intensité des aides publiques est devenue insoutenable, alors même qu’ils ont été choisis par des dispositifs particulièrement (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Faire taire de dangereuses rumeurs
    • Depuis trois jours, une mauvaise polémique sur le service public de l’audiovisuel crée un malaise profond dans tout le secteur. Des propos étonnamment tranchés sont prêtés au Président de la République à l’encontre des opérateurs nationaux de radios et de télévision. Le SPI s’inquiète de ces rumeurs et plus largement de la stigmatisation du secteur de l’audiovisuel autant que du service public. Au moment où les nouveaux acteurs du numérique, dont les plateformes, mettent en difficulté le secteur de (...)

    • Lire la suite
    • 8-12-2017
    • Communiqué du SPI relatif à la réforme de l’agrément
    • Le SPI accueille avec satisfaction la modification des règles de l’agrément applicables à partir du 1er janvier 2018, qui modernise ce dispositif principalement afin de tenir compte d’un certain nombre d’évolutions technologiques. Au cours de ce long travail de concertation, le SPI a eu à cœur de maintenir les objectifs politiques du dispositif, pivot de la politique culturelle du CNC. Ainsi, le SPI a défendu le maintien de l’ouverture du dispositif français aux cinématographies du monde, qui (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Le BLOC demande une véritable régulation de la programmation en salles
    • A la suite des courriers que le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) a adressés au CNC sur les Assises pour la diversité du cinéma et sur l’encadrement des cartes illimitées d’accès aux salles, et préalablement à la réunion de bilan sur la mise en oeuvre de l’accord du 13 mai 2016 sur les engagements de programmation et de diffusion, le BLOC vient d’envoyer un courrier à la Présidente du CNC pour revenir auprès d’elle sur les sujets touchant à la régulation de l’exploitation des films en (...)

    • Lire la suite
    • 22-11-2017
    • Communiqué : Faisons le pari de la jeune création cinématographique !
    • Party Girl de Marie Amachoukeli, Samuel Theis et Claire Burger en 2014, Divines de Houda Benyamina en 2016, et cette année, Jeune femme de Léonor Serraille. En quatre ans, Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, a attribué trois fois la Caméra d’or (prix du meilleur premier film) au jeune cinéma français. Ces distinctions mettent en lumière le talent de ces jeunes auteurs et font rayonner la culture française au-delà de nos frontières. Pourtant, ce sont justement les premières œuvres et (...)

    • Lire la suite

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...

Syndicat des Producteurs Indépendants - 4, Cité Griset - 75011 Paris - Tél. : 01 44 70 70 44 - Fax : 01 44 70 70 40